Festival e-Lake à Echternach

10 Août 2018 Par Jamila Boudou
25.000 festivaliers sont attendus pour la 23e édition de l’e-lake.
25.000 festivaliers sont attendus pour la 23e édition de l’e-Lake.
(Photo: Yannick Schmidt)

Ces 10, 11 et 12 août, le festival gratuit e-Lake va faire vibrer le site d’Echternach au Luxembourg. Les amateurs de musique électronique, pop, rock, hip-hop et funk ne vont pas être déçus.

Depuis sa création, il y a 23 ans, l’entrée au festival e-Lake n’est pas payante. Et comme chaque année, le programme musical est très varié durant les trois jours.

«Le vendredi, on commence avec des concerts live (pop, rock, hip-hop, funk, etc.) sur deux scènes avec les têtes d’affiche Kensington et Fünf Sterne Deluxe», annonce Jempi Hoffmann, responsable Presse e-Lake asbl. 

La journée du samedi sera rythmée par 12 heures de musique électronique. Le célèbre DJ allemand Markus Schulz sera également derrière les platines ce jour-là pour enflammer les festivaliers.

La journée de dimanche sera entièrement dédiée à des groupes luxembourgeois.

25.000 visiteurs sont attendus sur l’ensemble du festival.

Infos pratiques:

Line-up 2018

Le festival e-Lake organise un service Shuttlebus entre l’espace parking situé à l’extérieur d’Echternach, nommé «Zone industrielle», et l’entrée principale du lac, qui se trouve à une distance de 1,5km du site du festival.

Vendredi et samedi de 18h à 4h, un bus à peu près toutes les 15-20 minutes (pas de Shuttlebus le dimanche).

La rédaction a choisi pour vous

19 Octobre 2018

Le DKollektiv clôture son année avec une programmation éclectique autour du Hall Fondoucq de Dudelange, monument sidérurgique qui risque de disparaître très bientôt.

Frédérique Buck: «La question migratoire est aussi une question essentielle et passionnante, dans le sens où elle révèle beaucoup sur nous, nos valeurs, notre capacité à penser le changement.»

19 Octobre 2018

Le documentaire «Grand H», projeté au Cinéma Utopia depuis le 10 octobre, rassemble 15 témoignages de personnes issues de la société civile qui côtoient et travaillent avec des demandeurs d’asile. Frédérique Buck se livre pour expliquer les raisons de ce projet cinématographique autour du rapport aux autres et à nous-même.