Eureka: financement de vos projets R&D collaboratifs

11 Janvier 2019 Par Luxinnovation
Les clusters Eureka sont de bons outils pour permettre aux entreprises, via la collaboration, de s’ouvrir à d’autres marchés.
Les clusters Eureka sont de bons outils pour permettre aux entreprises, via la collaboration, de s’ouvrir à d’autres marchés.
(Photo: Hitec Luxembourg)

Avec pour objectif de renforcer la compétitivité européenne, l’initiative intergouvernementale Eureka encourage l’esprit d’entreprise axé sur l’innovation en Europe, entre petites et grandes entreprises, instituts de recherche et universités. Lancé en 1985 et impliquant plus de 40 pays, ce programme facilite la coopération européenne en matière de recherche technologique et invite régulièrement les secteurs public et privé à y prendre part via des appels à propositions.

L’initiative Eureka, qui vise à stimuler l’innovation industrielle et la croissance économique, a développé en son sein sept clusters thématiques, offrant aux entreprises et organismes publics des plates-formes pour mener des projets de recherche et d’innovation collaboratifs transnationaux. 

L’approche adoptée par ces clusters répond à une logique de feuille de route: chacun élabore ce document technologique définissant les principaux domaines stratégiques, l’action du cluster et le positionnement des projets d’innovation sur le marché. L’éligibilité aux clusters Eureka repose sur deux exigences essentielles: les projets, pilotés par l’industrie, doivent être innovants et orientés marché, et sont invités à y participer tous les consortiums impliquant au minimum deux partenaires de deux pays membres d’Eureka. 

Ces sept clusters couvrent diverses thématiques phares pour assurer la compétitivité européenne: 

  • Celtic-Next (anciennement Celtic-Plus) se concentre sur les technologies de l’information et de la communication (TIC) et soutient des projets de recherche dans le domaine des télécommunications, des nouveaux médias, de l’internet du futur et des applications et services intelligents; 
  • Euripides soutient des projets de R&D dans le domaine des systèmes électroniques intelligents (microtechnologies, capteurs intelligents, systèmes intégrés…); 
  • Eurogia2020 promeut des projets technologiques transnationaux dans le domaine des faibles émissions de carbone;
  • ITEA 3 encourage la mise en œuvre des projets de R&D dans le domaine des systèmes et services fortement axés sur les logiciels; 
  • Metallurgy Europe cible la métallurgie industrielle, les matériaux et la fabrication avancée;
  • Penta se focalise sur les systèmes et applications micro-nanoélectroniques; 
  • Smart est axé sur l’industrie dans le secteur de la fabrication de pointe.

Les clusters lancent chaque année des appels à propositions dans leurs secteurs respectifs. La liste des appels à propositions pour l’année 2019 est accessible sur le site officiel des clusters Eureka


(Photo: Luxinnovation)

Un processus en deux étapes 

La première étape pour préparer un projet dans le cadre d’un cluster Eureka est de répondre à ces appels à propositions en développant une idée et en soumettant un avant-projet au cluster sélectionné, puis, en cas d’intérêt, une proposition complète.

Les propositions retenues reçoivent un label de cluster, qui les autorise à soumettre une demande de financement à leurs organismes de financement nationaux avec le soutien du cluster concerné. 

Au Luxembourg, Luxinnovation joue le rôle de point de contact et coordinateur national de l’initiative, en étroite collaboration avec le ministère de l’Économie. Les conseillers de Luxinnovation aident ainsi à l’identification des partenariats, mais aussi au montage de dossiers, afin de cerner le type d’aides et de financements auxquels les entreprises peuvent prétendre. «Nous accompagnons les projets en veillant à ce que ceux-ci puissent aboutir à un impact économique positif pour les entreprises, optimisant ainsi les possibilités d’accès aux aides du ministère de l’Économie», précise Alexander Link, corporate RDI advisor chez Luxinnovation.  


Alexander Link, corporate RDI advisor chez Luxinnovation. (Photo: Luxinnovation)

Pour la croissance des entreprises luxembourgeoises

Les projets réalisés dans le cadre des clusters s’étalent généralement sur une durée de deux à trois ans et impliquent en moyenne deux à dix pays différents. Ces initiatives ont déjà pu compter sur la participation d’entreprises et d’organismes de recherche publics luxembourgeois, notamment dans les clusters Celtic-Next et ITEA 3. 

C’est, par exemple, le cas de Hitec Luxembourg. «Nous avons coordonné et coordonnons encore plusieurs projets Celtic-Next dans les domaines de la communication de sécurité publique, des services de mobilité futurs et de la cybersécurité», explique Harold Linke, manager research and technology projects chez Hitec Luxembourg. «Ces projets ont l’avantage de nous aider à constituer un réseau international de partenaires pour coopérer en matière de projets de recherche et d’introduction de nouveaux produits sur le marché. De même, l’approche de Celtic-Next, qui consiste à se focaliser sur des recherches dont les résultats peuvent être rapidement commercialisés, est un plus non négligeable», témoigne Harold Linke.


Harold Linke, manager research and technology projects chez Hitec Luxembourg. (Photo: Hitec Luxembourg)

Face à un marché de plus en plus concurrentiel, les clusters Eureka sont de bons outils pour permettre aux entreprises, via la collaboration, de s’ouvrir à d’autres marchés. «C’est un très bon cadre d’action, car les clusters Eureka sont des réseaux où les entreprises peuvent échanger et travailler ensemble pour améliorer leurs technologies et accéder à de nouveaux marchés. Elles y parlent le même langage», constate Alexander Link.

Toute entreprise intéressée à obtenir un support financier à travers Eureka, afin de s’engager dans une démarche collaborative et de partenariats internationaux est invitée à se rapprocher de Luxinnovation et contacter Alexander Link, T. +352 43 62 63 – 864. 

La rédaction a choisi pour vous

Le secteur des technologies de la santé compte 131 entreprises, soit 1.600 personnes, dont 80% sont actives dans des structures ne dépassant pas 10 salariés.

18 Janvier 2019

Intelligence artificielle, réalité augmentée, digitalisation… La santé n’est pas en reste lorsqu’il est question de nouvelles technologies. Et avec un écosystème très dynamique, le Luxembourg a des choses à dire sur le sujet.

18 Janvier 2019

Le coffre-fort numérique développé par Passbolt apporte une solution aux problématiques de gestion et de sécurisation des mots de passe et des codes d’accès rencontrées par les entreprises. Une solution qui sera prochainement déclinée sous forme d’une offre cloud de type SaaS.

La modélisation numérique permet aux différents acteurs de transmettre les bonnes informations aux bonnes personnes et au bon moment.

18 Janvier 2019

Le secteur du bâtiment et des travaux publics est engagé dans un vaste processus de transition numérique. Pierre angulaire de cette révolution, la maquette numérique, ou BIM, modifie en profondeur la manière dont on conçoit et construit, mais aussi les relations entre les intervenants d’un projet.