Engagements dépassés pour ArcelorMittal à Florange

29 Novembre 2017 Par Paperjam.lu
Florange
Pour le comité de suivi, ArcelorMittal a procédé à «une amélioration de la productivité et de la compétitivité des équipements du site de Florange».
(Photo: DR)

Le groupe sidérurgique a tenu et est même allé au-delà de ses promesses d’investissement sur le site de Florange après la fermeture des hauts fourneaux il y a quatre ans, a constaté le comité de suivi mis en place par le gouvernement français.

Le comité de suivi des engagements pris par ArcelorMittal suite à la fermeture de ses hauts fourneaux à Florange en 2013 a indiqué cette semaine que non seulement les 180 millions promis sur cinq ans seraient respectés, mais, mieux encore, que ces engagements devraient atteindre 270 millions d’euros d’ici trois ans, après la validation de nouveaux programmes.

François Marzorati, l’ancien sous-préfet de la Moselle qui préside ce comité de suivi qu’avait institué le gouvernement de Jean-Marc Ayrault, s’est félicité du respect de ces engagements par ArcelorMittal, mettant l’accent sur «une démarche d’amélioration de la productivité et de la compétitivité des équipements du site de Florange».

Les investissements réalisés ont surtout porté sur l’excellence automobile (52 millions d’euros), la compétitivité du packaging (32 millions d’euros), la pérennité du site (30 millions d’euros), la sécurité (7,5 millions d’euros) et l’environnement (18,5 millions d’euros).

Des activités portées par l’automobile

En complément, le géant de la sidérurgie a annoncé qu’il allait investir 67 millions d’euros dans la construction d’une nouvelle ligne d’aciers pour l’automobile qui remplacera une unité d’électro-zingage en perte d’activité.

D’un point de vue social, François Marzorati a aussi relevé qu’il n’y avait eu aucun licenciement après la fermeture des hauts fourneaux, les 629 salariés concernés ayant bénéficié de retraites anticipées ou de nouvelles affectations.

En outre, pour le comité de suivi, rien ne dit qu’ArcelorMittal ne décidera pas d’un redémarrage des hauts fourneaux dans un avenir proche. Le groupe devrait prendre une décision sur ce point à la fin 2018, selon le contexte économique.

La rédaction a choisi pour vous

18 Octobre 2016

En visite lundi chez ArcelorMittal à Florange, François Hollande a assuré avoir tenu les trois engagements qu'il avait pris pour le site, avant la fermeture de ses hauts fourneaux en 2013: le reclassement de ses 629 salariés, l'absence d'un plan social et la création de MetaFensch, un institut de recherche publique consacré à l'innovation métallurgique.