Encevo reprend Paul Wagner & Fils

11 Juillet 2018 Par Thierry Raizer
Encevo, la société mère d’Enovos et du gestionnaire d’infrastructures Creos a racheté la société Paul Wagner & Fils.
Encevo, la société mère d’Enovos et du gestionnaire d’infrastructures Creos, a racheté la société Paul Wagner & Fils.

L’entreprise active dans les techniques du bâtiment et détenue depuis 2015 par Rucio passe dans le groupe d’Encevo, qui diversifie ses activités dans un contexte de disruption du secteur énergétique.

Encevo continue d’investir pour son avenir. À la croisée de la technique et des nouvelles formes de production d’énergie, la société mère d’Enovos et du gestionnaire d’infrastructures Creos a racheté la société Paul Wagner & Fils.

«Cette acquisition est doublement positive pour notre groupe», déclare Jean Lucius, CEO d’Encevo jusqu’en septembre, dans un communiqué de presse diffusé ce mercredi. «Elle correspond pleinement aux ambitions et à la stratégie d’Encevo dans des secteurs émergents comme la production décentralisée d’énergie et les services y relatifs.»

Au-delà de la fourniture traditionnelle d’énergie électrique ou de gaz, Encevo (plus de 1.500 employés) veut proposer de nouveaux services «dans des domaines émergents en relation avec la transition énergétique», explique le communiqué du groupe.

Disruption de l’énergie

Alors que le secteur énergétique est en profonde disruption sous le coup de la technique et de l’arrivée d’acteurs non traditionnels, Encevo ne veut pas rester à la traîne. D’où la participation à des initiatives comme Chargy, le réseau de bornes de recharge pour voitures électriques. 

«Nous menons une stratégie ‘step by step’, en bon père de famille, vers une diversification plus poussée dans les services, que ce soit organiquement ou via des acquisitions», déclare à Paperjam Jean-Luc Santinelli, responsable du pilier des services au sein d’Encevo.

Ce troisième pilier du groupe s’étend de l’audit énergétique à la production décentralisée d’électricité (panneaux solaires, stockage d’énergie), en passant par l’efficience énergétique. 

«Nous voulons jouer un rôle dans la transition énergétique. Nous ne serons pas les seuls, mais nous voulons mettre à profit notre taille et notre actionnariat (en grande partie l’État luxembourgeois en direct et indirect, ndlr) pour ‘être le numéro 10’ au football», ajoute Jean-Luc Santinelli.

Dans le B2B et en Grande Région

Avec Paul Wagner & Fils, Encevo mise sur le vaste champ de la technique du bâtiment, des métiers autour de l’électricité aux éléments de connectivité. La connexion, tant des objets que des réseaux, avait d’ailleurs motivé Post Luxembourg à reprendre les parts d’Engie dans Encevo en février dernier.

Fondée en 1984, Paul Wagner & Fils emploie actuellement quelque 350 personnes au Luxembourg, en France et en Allemagne, notamment suite au rachat de la société Hoffmann SAS (Thionville) en 2007.

Paul Wagner & Fils avait été reprise en 2001 par la néerlandaise Royal Imtech, déclarée en faillite en septembre 2015. C’est la société d’investissement Rucio qui avait pris le relais. Le prix de vente n’a pas été précisé dans le communiqué de ce mercredi. La société gardera sa dénomination et l’équipe de direction actuellement en place.

La rédaction a choisi pour vous

09 Mai 2018

Le Groupe Encevo - composé essentiellement du fournisseur d’énergie Enovos et de l’opérateur réseau Creos – a connu une année de transition dans un environnement de marché difficile et toujours en pleine mutation. Le bénéfice net pour 2017 s’élève à 55,7 millions d’euros (83,2 millions d’euros en 2016) et l’EBITDA atteint 193,6 millions d’euros (262,3 millions d’euros en 2016). Le groupe affiche donc un résultat en baisse par rapport à l’année 2016, qui avait marqué le meilleur résultat (EBITDA) depuis la création du groupe.

L’objectif est de rendre le secteur de l’agro-alimentaire durable, de la production à la distribution.

29 Novembre 2016

L’économiste américain Jeremy Rifkin a présenté le 14 novembre l’étude stratégique forgée avec l’aide de 300 experts du pays. Dix mois de travail pour un rapport de 475 pages. Séduisante, ambitieuse, la troisième révolution industrielle à la luxembourgeoise a le mérite de dresser une vision globale s’appuyant sur six piliers sectoriels. Faisable ou pas? Paperjam a recueilli les commentaires des principaux concernés.