Dupont Teijin Films Luxembourg change de mains

12 Octobre 2017 Par Jonas Mercier
«Le site luxembourgeois va devenir une sorte de parc industriel sur lequel deux compagnies seront créées», expliquait à Paperjam Paul Meyers, le directeur du site luxembourgeois dans une interview au mois de janvier.
«Le site luxembourgeois va devenir une sorte de parc industriel sur lequel deux compagnies seront créées», expliquait à Paperjam Paul Meyers, le directeur du site luxembourgeois, dans une interview au mois de janvier.
(Photo: Maison Moderne)

Le numéro un mondial des films polyester, Dupont Teijin Films, a été racheté par le chimiste Indorama Ventures, a annoncé la compagnie asiatique basée à Bangkok, en début de semaine. Le site de production luxembourgeois de l’américain est en partie concerné.

Deux mois après la fusion avec son concurrent américain Dow, Dupont de Nemours annonce avoir trouvé un accord pour la vente de sa branche spécialisée dans la production de films polyester, Dupont Teijin Films, avec un autre géant de la chimie, Indorama Ventures. Dans un communiqué publié mardi par ce dernier, on apprend que le site de production du Luxembourg est concerné par ce rachat.

Les détails de cet accord n’ont toutefois pas été donnés. On précise simplement que la transaction pourrait être effective d’ici fin 2017 ou début 2018.

Joint-venture entre Dupont de Nemours et le japonais Teijin, Dupont Teijin Films est connue dans le monde entier pour ses films synthétiques Mylar, qui sont produits depuis 1965 dans l’usine du Luxembourg. Mais le site industriel de Contern produit également du Tyvek, du Typar et du Hytrel, produits qui resteront sous la propriété de Dupont de Nemours.

Le «parc industriel» de Contern aura deux locataires

La fusion entre Dupont de Nemours et Dow, actée fin août, prévoit de diviser le nouveau groupe en trois sociétés indépendantes. L’une va se spécialiser dans l’agriculture, une autre dans les «materials science» et une dernière dans les «specialty products».

«Deux de ces compagnies vont se retrouver ici. Le site va devenir une sorte de parc industriel. L’une s’occupera des ‘materials performances’, donc du Tyvek et du Typar, et l’autre des ‘specialty products’, donc du Hytrel et du Mylar», expliquait à Paperjam Paul Meyers, le directeur du site luxembourgeois, dans une interview au mois de janvier.

Il se pourrait donc que le site de Contern soit divisé en deux parties et que DowDupont maintienne ses activités de production du Tyvek au Luxembourg, aux côtés d’Indorama Ventures.

Contacté par Paperjam, les représentants du Dupont de Nemours Luxembourg ont confirmé ce scénario. «Après la révision de la portefeuille que DowDuPont a effectuée vers la mi-septembre, et la vente de Dupont Teijin Films, annoncée cette semaine, le site de Contern hébergera donc les activités de Dupont (Tyvek, Typar et Hytrel) et d’Indorama (Mylar)», a expliqué le chargé de communication de l'entreprise, Willem Buitelaar.

Pour rappel, le ministre de l’Économie, Étienne Schneider, avait annoncé l’année dernière un investissement de 350 millions d’euros par l’américain dans une nouvelle ligne de production au Luxembourg. Contacté en janvier par Paperjam, Paul Meyers s’était contenté de dire que le projet avançait, mais que rien n’était encore officiel. Aucune autre information n’a été communiquée depuis.

La rédaction a choisi pour vous

Komet Group Ceratizit

13 Octobre 2017

Le groupe luxembourgeois Ceratizit vient de reprendre les activités du groupe allemand Komet, actif lui aussi dans les outils de coupe. Une opération qui lui permet d’intégrer le top 5 mondial dans son secteur d’activité.

Rak Porcelain Europe

12 Octobre 2017

La société, spécialisée dans la fabrication de céramiques pour l’hôtellerie et la restauration, a annoncé ce jeudi son intention de développer sa présence au Luxembourg via la création d’un bâtiment à Bettembourg et la création, à terme, d’une dizaine de nouveaux emplois.

Marc Furst ADEM

11 Octobre 2017

Paperjam et l’Adem présentent un demandeur d’emploi. Un moyen de découvrir les «talents cachés du Luxembourg» et ce qu’ils peuvent apporter aux entreprises. Aujourd’hui, Marc Furst recherche un emploi de chimiste.