Du cinéma, même pour les tout petits

11 Janvier 2018 Par Céline Coubray
La forêt enchantée de Oukybouky
«Dans la forêt enchantée de Oukybouky» est une des pépites à découvrir lors du Luxembourg City Film Festival 2018.
(Photo: KMBO)

Le Luxembourg City Film Festival a dévoilé sa programmation jeune public pour l’édition 2018. Parmi la sélection de films et d’animations, plusieurs séances sont prévues pour les tout petits enfants, à partir de trois ans.

L'éducation à l’image est un des enjeux importants dans l’éducation des enfants, qui sont abreuvés d’images au quotidien, que ce soit à la télévision, au cinéma, dans les jeux vidéo, sur internet… Cette éducation peut se faire dès le plus jeune âge, à partir de trois ans. Aussi, le Luxembourg City Film Festival se donne l’ambition et la volonté de proposer une programmation spécialement conçue pour le (très) jeune public, avec des contenus de qualité, adaptés à leur âge, ouvrant à la fois à la réflexion et à l’imaginaire. Sans contrainte de frontières, la programmation allie qualité et diversité des genres, avec des courts et des longs métrages, des films, des documentaires et des films d’animation.

Avec le programme «Mon premier cinéma», les enfants à partir de trois ans ont la possibilité de découvrir trois propositions adaptées à leur jeune âge. «Des trésors plein ma poche» (le 25 février à 11h à la Cinémathèque et le 4 mars à 14h30 au Ciné Utopia) est un ensemble de six courts-métrages d’animation sans dialogue, plein de tendresse, d’humour et de poésie.

Le festival présente un inédit, «Jazzoo» (dimanche 4 mars à 11h), du Suédois Adam Marko-Nord, qui met en scène un hippopotame, un koala et des éléphants dans des situations inédites pour de tels animaux, le tout au son groovy du quartet Oddjob.

Le Letton «Mr Chat et les Shammies» (dimanche 25 février à 14h30 au Ciné Utopia) charme, avec ses personnages faits de laine et de tissus qui déambulent et cabotinent sous l’œil bienveillant de Monsieur Chat. 

 

Des films aussi pour «les plus grands»

Pour les légèrement plus grands (à partir de 5 ans), «Dans la forêt enchantée de Oukybouky» (dimanche 4 mars à 15h à la Cinémathèque) de Rasmus A. Sivertsen promet d’être un petit bijou d’animation en stop-motion. Un renard, un lièvre et des écureuils tentent de vivre en harmonie malgré leurs différences.

Les enfants pourront aussi découvrir l’anthologie «Le Vent dans les roseaux» (samedi 24 février à 14h au Ciné Utopia), qui rassemble cinq aventures autour de la liberté, portées par des héroïnes extraordinaires.

C’est aussi une petite fille qui est au cœur de «Siv Sleeps Astray» et qui découvre l’amitié à l’aide de deux blaireaux bavards (dimanche 25 février à 15h à la Cinémathèque).

Une avant-première en présence d’une partie de l’équipe du film est aussi au programme avec «Luis et les aliens», qui met en scène un garçon solitaire se liant d’amitié avec des extraterrestres (dimanche 4 mars à 15h30 au Ciné Utopia).

«Un conte peut en cacher un autre» détourne les contes traditionnels avec cette touche d’humour si chère aux Britanniques (dimanche 25 février à 15h30 au Ciné Utopia).

Les questions importantes telles que la mort et le cycle de la vie sont abordées dans Nur ein Tag et Der Fall Mäuserich. Et enfin, dans le programme hors les murs, le grand classique de Bizet, Carmen, est revisité dans un spectacle de marionnettes qui sera donné aux Rotondes. Sans oublier l’incontournable Crazy Cinématographe for Kids, hautement fréquenté par le public scolaire des écoles de la Ville de Luxembourg.

La rédaction a choisi pour vous

Luxembourg City Film Festival

13 Mars 2017

La septième édition du Luxembourg City Film Festival a présenté, vendredi 10 mars, les lauréats des différentes sélections lors d’une soirée présentée par la jeune comédienne Laëtitia Galy. Sept trophées ont été attribués. (Photos: Sébastien Goossens)

Xavier Bettel Denis Scuto, Sandra Camarda, Stéphane Pallage et Andreas Fickers

21 Avril 2018

Un site internet abritant une exposition permanente sur la Première Guerre mondiale au Luxembourg a été lancé officiellement jeudi 19 avril à Belval par le Centre pour l’Histoire contemporaine et digitale (C2DH), avec le soutien du ministère d’État. Accessible au grand public, ce projet inédit sert aussi de référence pour les chercheurs professionnels et les écoles.