Dix ans au Luxembourg pour Ceysson & Bénétière

01 Juin 2018 Par Céline Coubray
Une exposition pour l’anniversaire de la galerie Ceysson & Bénétière est actuellement à découvrir.
(Photo : Studio Rémi Villaggi)

La galerie Ceysson & Bénétière célèbre ce samedi 2 juin les dix ans de sa présence au Luxembourg.

À cette occasion, elle organise une exposition d’œuvres récentes des artistes qui ont déjà bénéficié d’une exposition monographique dans leurs espaces au Luxembourg. On pourra donc découvrir, entre autres, des œuvres de Trudy Benson, Robert Brandy, Pierre Buraglio, Louis Cane, Daniel Dezeuze, Lauren Luloff, Roland Quetsch, Bernar Venet, Claude Viallat, Wallace Whitney et bien d’autres.

Un nom connu dans le monde de l’art

En 2008, cette nouvelle galerie est arrivée dans le paysage luxembourgeois et ne l’a plus quitté depuis. Menée par François Ceysson et Loïc Bénétière, ceux-ci se sont associés dès le début avec Bernard Ceysson, père de François, et personnalité bien connue sur la scène des arts plastiques en France et en Europe pour avoir été, entre autres, le directeur des Musées de Saint-Étienne, du Musée national d’art moderne au Centre Pompidou et de la Fondation Musée d’art moderne Grand-Duc Jean (préfiguration du Mudam).

C’est d’ailleurs pour profiter de la notoriété de Bernard Ceysson que la galerie s’est appelée au début «Galerie Bernard Ceysson», avant de changer de nom en 2017 pour devenir Ceysson & Bénétière, Bernard Ceysson se mettant désormais plus en retrait pour laisser les jeunes dans la lumière.

Une galerie internationale

Si la première étape a été à Saint-Étienne en 2006, Luxembourg s’est très vite imposé dans le choix du développement de la galerie, avec un espace dans la vieille-ville, à côté du Musée national d’histoire et d’art et de la Galerie Nosbaum Reding. En parallèle, Ceysson & Bénétière a aussi ouvert des galeries à Paris (2009), Genève (2012) et tout récemment New York en 2017, créant un réseau international pour les artistes soutenus par la galerie et une proximité pour les collectionneurs.

Mais en 2015, les galeristes ont l’opportunité d’aménager un grand hangar de 1.400m2 au Wandhaff. Un pari de quitter le centre-ville qu’ils prennent et qui s’avère être concluant puisque cet espace est devenu le vaisseau amiral du réseau Ceysson & Bénétière et que des expositions d’envergure, d’ordre quasi muséal, y sont organisées (on se souvient des expositions Bernar Venet, Erik Dietman ou Ulrich Rückriem), permettant de soutenir les artistes de la galerie que l’on pourrait rassembler de manière un peu réductrice, mais pratique, sous l’étiquette du «Moment Supports/Surfaces», de ses héritiers et de la jeune génération américaine avec le cycle d’expositions «Feed the Meter».

Ainsi, en 10 ans, l’adresse luxembourgeoise, par sa situation géographique stratégique et l’espace qu’elle offre, a permis à Ceysson & Bénétière de créer une plate-forme hors norme, pour cette galerie à l’origine française qui construit maintenant son histoire entre l’Europe et les États-Unis.

13-15 rue d’Arlon à Wandhaff. www.ceyssonbenetiere.com

Vues de l’exposition anniversaire à la galerie Ceysson & Bénétière  (Photo : Studio Rémi Villaggi) Vues de l’exposition anniversaire à la galerie Ceysson & Bénétière  (Photo : Studio Rémi Villaggi)

La rédaction a choisi pour vous

11:28

Le DKollektiv clôture son année avec une programmation éclectique autour du Hall Fondoucq de Dudelange, monument sidérurgique qui risque de disparaître très bientôt.

Frédérique Buck: «La question migratoire est aussi une question essentielle et passionnante, dans le sens où elle révèle beaucoup sur nous, nos valeurs, notre capacité à penser le changement.»

07:03

Le documentaire «Grand H», projeté au Cinéma Utopia depuis le 10 octobre, rassemble 15 témoignages de personnes issues de la société civile qui côtoient et travaillent avec des demandeurs d’asile. Frédérique Buck se livre pour expliquer les raisons de ce projet cinématographique autour du rapport aux autres et à nous-même.