Deux nouveaux quais d’ici 2021 pour 171 millions

05 Janvier 2018 Par Jean-Michel Hennebert
Gare de Luxembourg
Outre les deux nouveaux quais qui entreront en service fin 2019 et fin 2021, le site des anciens ateliers des CFL accueillera un nouvel ensemble mixte destiné à accueillir «des commerces, des bureaux ou un centre de conférence».
(Photo: MDDI)

Alors que les deux hectares du site des anciens ateliers des CFL se retrouvent à nu, le conseil de gouvernement a validé, ce vendredi, l’extension de la gare centrale, à Luxembourg-ville. Le projet doit être finalisé d’ici trois ans, mais avec une mise en service partielle dès fin 2019.

Principal nœud du réseau ferré luxembourgeois, la gare centrale de Luxembourg sera bel et bien agrandie. Deux nouveaux quais et quatre nouvelles voies verront le jour d’ici 2021, selon le calendrier adopté vendredi en conseil de gouvernement. Le tout pour une enveloppe de 171 millions d’euros, qui comprend, outre la réalisation des nouveaux quais, la prolongation du souterrain situé sous les voies et la construction d’une nouvelle passerelle destinée à relier le quartier de la gare à celui de Bonnevoie.

Longue de 106 mètres et large de 3,20 mètres, la future passerelle de la gare doit voir le jour en 2022, selon les estimations présentées vendredi. (Photo: MDDI)Outre son rôle de liaison entre le quartier Gare et Bonnevoie, elle desservira également les quais II à VI du site, via des escaliers et des ascenseurs. (Photo: MDDI)

Réalisé en plusieurs phases, le chantier devrait débuter «à l’automne 2018, sous réserve d’approbation du projet par le législateur», selon le timing dévoilé vendredi et correspondre à une mise en service étalée. La voie 11 devrait entrer en service commercial fin 2019, lors du traditionnel changement d’horaire des CFL. Les trois autres voies, elles, devraient être prêtes pour la fin 2021. «L’extension de la gare de Luxembourg augmentera considérablement les capacités du réseau ferroviaire et contribuera à sa stabilisation», assure François Bausch (Déi Gréng), ministre du Développement durable et des Infrastructures, cité vendredi dans un communiqué en référence notamment à une meilleure desserte des gares périphériques Pfaffenthal-Kirchberg et Howald

Car les travaux, qui ne devraient être totalement achevés qu’en 2024, vont permettre non seulement l’ajout de capacités, mais aussi la réorganisation du réseau, en lien avec «la mise en place d’une desserte transversale», une «flexibilité étendue» et «la possibilité d’un corridor sans croisement de lignes». Autant de points cruciaux dans le cadre de la réalisation de la nouvelle ligne ferroviaire Bettembourg-Luxembourg, destinée aussi bien au trafic de voyageur qu’au trafic de marchandises, qui transitera par le terminal multimodal de Bettemourg-Dudelange, mais aussi de la modernisation du réseau. Entre 2022 et 2025, le gouvernement prévoit ainsi le «renouvellement des plateformes ferroviaires», le «renouvellement de voies» ainsi que le «raccordement à la ligne existante Luxembourg-Bettembourg».

Les engins de chantier ne sont pas prêts de quitter le site de la gare centrale au cours des prochaines années, puisque le site fera également l’objet de la construction d’un nouvel ensemble mixte, destiné à accueillir «des commerces, des bureaux ou un centre de conférence», selon les idées évoquées en septembre dernier par Marc Wengler, directeur général des CFL. Le futur bâtiment, qui devrait sortir de terre «après 2019», devrait «combiner les besoins d’une optimisation immobilière maximale, mais aussi tenir compte des attentes des clients du service public et des entreprises qui seront amenées à s’implanter autour de la gare.» Un appel aux idées architecturales pour ce projet mené de pair par les CFL et la Ville de Luxembourg devrait être lancé «prochainement».

La rédaction a choisi pour vous

Avant/après ateliers CFL

28 Septembre 2017

Alors que la destruction des anciens ateliers des CFL s’achève, le directeur général de la société publique assure que le terrain sera utilisé, en plus de nouvelles capacités ferroviaires, pour «des espaces destinés aux utilisateurs des transports en commun.»