Crédit Photo: Lombard International Assurance

Les assureurs sont ouverts aux opportunités commerciales. 

La directive UE/2016/97 sur la distribution d’assurances (DDA), qui entrera en vigueur dans la plupart des pays de l’UE le 1er octobre 2018, comble l’une des principales lacunes de la précédente directive 2002/92/CE sur l’intermédiation en assurance (DIA).

La DIA, publiée après presque 10 ans de travail préparatoire et de négociation, avait introduit des normes minimales et un cadre réglementaire commun aux intermédiaires d’assurance. Cependant, elle n’avait pas étendu ces normes aux compagnies d’assurance pratiquant la vente directe auprès des clients.

La DDA comble enfin cette lacune et uniformise les règles. En effet, elle garantit désormais une protection équivalente aux clients, lorsqu’un produit d’assurance est vendu directement par une compagnie d’assurance ou via un intermédiaire d’assurance autorisé.

L’autre apport de la DDA est d’avoir clairement défini et encadré le rôle d’apporteur d’affaires, qui était jusqu’à présent une pratique de marché. Alors que la DIA considérait que la «présentation» relevait de la définition de l’intermédiation, la DDA précise désormais que, sous réserve de respecter certaines conditions (à savoir qu’aucune mesure supplémentaire n’est prise pour conclure un contrat d’assurance), les apporteurs d’affaires (indicateurs) et la communication d’informations ne sont pas inclus dans la définition du terme «distribution».

La DDA se concentre donc sur ses véritables destinataires: les compagnies d’assurance qui proposent des contrats d’assurance directement aux clients et les intermédiaires (tous deux désignés «distributeurs»). Même si les deux vont désormais opérer selon des normes équivalentes de protection des consommateurs, chacun conserve ses atouts respectifs et son identité.

Les compagnies d’assurance-vie sont bien entendu les spécialistes, offrant des solutions adaptables aux circonstances spécifiques et aux besoins du client en matière de planification patrimoniale. Elles ont pour but de fournir aux clients et à leurs familles une solution de planification financière souple, sûre et efficace faisant appel à l’assurance-vie. Elles contribuent également à garantir la portabilité transfrontalière pour les familles ayant une mobilité internationale. Enfin, elles peuvent même proposer des solutions pouvant intégrer des actifs non traditionnels au sein du portefeuille d’assurance.

En outre, l’intermédiaire d’assurance sera naturellement en mesure d’adopter une vision plus globale des affaires des clients et apportera sa connaissance plus vaste de leurs besoins à la compagnie d’assurance. En effet, c’est l’intermédiaire d’assurance qui – agissant de manière indépendante – aidera le client à identifier la compagnie d’assurance la plus compétente pour répondre à ses besoins, lesquels peuvent parfois se révéler complexes.

En conclusion, tandis que les compagnies d’assurance ont les moyens et la volonté de distribuer leurs produits directement aux clients, leurs compétences sont complétées par la proximité unique des intermédiaires d’assurance avec leurs clients. En partenariat avec les intermédiaires d’assurance et sur base de leur connaissance globale de la situation du client, la compagnie d’assurance utilisera son expertise en matière de produit et de planification pour mettre au point une solution d’assurance qui répond aux besoins spécifiques du client.

 

Valérie Mariatte-Wood, LL. M.
Associate Director
Head of Regulatory Proposition
Lombard International Assurance

Retrouvez toute l’actualité Wealth Planning

La rédaction a choisi pour vous

Claude Turmes

17:13

Alors que le projet de création d’une zone transfrontalière dans le sud du pays devait être validé ce vendredi en conseil de gouvernement, l’adoption de ce dossier a été repoussée. Avec en toile de fond un différend entre membres du gouvernement.

L'accès aux documents «à caractère administratif» issu du projet de loi 6810 reste trop flou selon ses détracteurs.

15:54

Le projet de loi 6810 relatif à une administration transparente et ouverte fait débat. Formulations très générales, pas assez claires, le texte est très mauvais et inapplicable, selon ses détracteurs.

Projet de Jim Clemes associates + Sander Hofrichter Architekten

15:40

Il ne reste plus que deux équipes en lice pour le concours d’architecture lancé par les Hôpitaux Robert Schuman. Les deux équipes vont devoir affiner leur proposition, afin de remporter le concours et d’avoir la possibilité de concevoir l’extension sur le site de l’Hôpital Kirchberg.