Degroof Petercam Luxembourg vise le Canada

20 Juin 2018 Par Jean-Michel Lalieu
Bruno Houdmont se félicite des bons résultats de la division luxembourgeoise de Degroof Petercam.
(Photo: Nader Ghavami / archives)

Degroof Petercam Luxembourg est appelée à jouer un rôle de hub international au sein du groupe bancaire belge. Au cours de l’été, elle ouvrira un bureau de représentation à Montréal afin d’analyser les opportunités en gestion de fortune.

Banque Degroof Petercam Luxembourg a clôturé ses comptes pour l’année 2017 en mai dernier et, selon son CEO Bruno Houdmont, «c’est un grand millésime». Le résultat net comptable est en progression de 2% à 49 millions d’euros alors que le résultat opérationnel brut qui, selon la CFO Sylvie Huret, «reflète le mieux l’activité de la banque», grimpe de 7% à 66 millions d’euros.

«Nous avons bénéficié d’un effet de marché positif, explique Bruno Houdmont, mais nous avons surtout constaté une collecte nette positive qui montre que notre stratégie porte ses fruits.»

Des coûts stables

Sylvie Huret note que, malgré les investissements dans l’IT, dans de nouveaux collaborateurs et dans les obligations réglementaires, les coûts sont restés stables. «Au niveau des rentrées, l’année a été difficile pour les revenus liés à la trésorerie, explique-t-elle. Nous avons placé des liquidités importantes auprès de la Banque centrale européenne où nous subissons un taux négatif (-0,40%) qui a pesé sur notre résultat.» 

Par contre, les rentrées liées aux commissions ont augmenté de 13%, en lien avec la hausse des actifs. Un résultat dont la banque se félicite.

Dans l’ensemble des métiers, Degroof Petercam Luxembourg pointe la performance du métier d’asset services (administration de fonds) qui a grimpé de 31% en un an et est passée d’un total d’actifs sous administration de 29 milliards à 38 milliards.

«Cette croissance tient à plusieurs facteurs, explique le CEO. Il faut tenir compte de la croissance du marché mais aussi de la collecte positive dans cette activité qui a à nouveau été positive, vis-à-vis des fonds maison mais aussi de fonds tiers.» Il ajoute à cela un effet exceptionnel lié à la fusion avec Petercam il y a trois ans. Petercam déléguait cette activité et la nouvelle entité a entamé un processus de rapatriation.

Dans la stratégie du nouveau groupe fusionné, la banque luxembourgeoise est de plus en plus appelée à jouer le rôle de hub européen et international du groupe. Elle est d’ailleurs sur le point d’ouvrir un bureau de représentation à Montréal (Canada) afin d’analyser les opportunités et de voir quelle organisation mettre en place dans l’idée d’une activité de wealth management.

Nous voulons développer notre capacité d’investissement sur le marché canadien.

Bruno Houdmont, CEO Degroof Petercam Luxembourg

«Nous avions déjà mis en place une joint venture au départ de Bruxelles avec un investisseur canadien depuis 2013, poursuit Bruno Houdmont. Nous voulons développer notre capacité d’investissement sur ce marché, qui intéresse certains de nos clients européens.»

Degroof Petercam Luxembourg explore aussi de plus en plus les opportunités d’affaires dans l’espace européen. La banque focalise actuellement ses efforts sur le Portugal, qui a mis en place des mesures fiscales pour amener les grandes familles fortunées à s’y domicilier. «Nous avons déjà largement dépassé la barre des 100 millions d’actifs», pointe Sylvie Huret.

Des cibles sur le marché grand-ducal

Enfin, sur le marché luxembourgeois, la banque se dit à l’affût de cibles potentielles pour grandir par croissance externe. «Nous voulons surtout acquérir des sociétés de gestion, avance Alain Schockert, président du conseil d’administration et membre des familles actionnaires. Notre structure bilantaire nous permet de le faire et nous disposons de la taille critique en termes d’actifs sous gestion.»

La rédaction a choisi pour vous