Croissance à la carte

07 Mars 2018 Par François Aulner
Les seuils maximaux d’émissions ne sont pas loin d’être atteints au Luxembourg
Les seuils maximaux d’émissions ne sont pas loin d’être atteints au Luxembourg.
(Photo: Nader Ghavami)

Devenir plus sélectif dans son choix d’orientation de la croissance économique ne suffira pas pour transiter vers un modèle économique durable.

On croyait la hache de guerre enterrée. Suite aux divergences entre le LSAP et Déi Gréng au sujet de l’implantation éventuelle du producteur grec de yaourts Fage à Bettembourg et d’un fabricant de laine de roche, Knauf, à Sanem, le ministre socialiste, Étienne Schneider, et la ministre écologiste, Carole Dieschbourg, assuraient le 26 janvier qu’ils étaient sur la même longueur d’onde.

D’une part, la liberté d’établissement européenne empêcherait les autorités luxembourgeoises de refuser l’implantation d’entreprises qui remplissent les conditions légales. D’autre part, le gouvernement serait en train d’élaborer des indicateurs pour évaluer une soi-disant «conformité Rifkin», en allusion au processus du même nom, qui vise une économie durable.

Pas assez pour satisfaire les élus locaux de la région qui est supposée accueillir Knauf. Le député-maire de Sanem, Georges Engel (LSAP), pourtant camarade d’Étienne Schneider, et le député-maire de Differdange, Roberto Traversini (Déi Gréng), présentaient le 7 février leur avis concernant le projet de Knauf dans la zone d’activité économique nationale «Gadderscheier» ou «Paafewée». Leur verdict consultatif: l’installation d’une usine comme celle de Knauf, compte tenu de son impact environnemental et même sanitaire, dépasserait les limites du supportable pour la population locale.

Promotion durable

Tandis que les écologistes pointent du doigt la politique de promotion économique, Étienne Schneider déclarait le 8 février que Knauf n’aurait pas été démarché mais qu’à l’inverse, c’est la société qui l’aurait contacté «de sa propre initiative et de manière spontanée en août 2016».

Le ministère de l’Économie promettait d’ailleurs il y a un an que la stratégie promotionnelle serait désormais orientée selon des critères durables. Le 28 février 2017, Étienne Schneider évoquait une entreprise à laquelle on aurait renoncé. Paperjam apprenait au mois d’août qu’il s’agissait justement de Knauf, et qu’apparemment la société aurait revu son projet.

Le fabricant de laine de roche a en effet promis d’installer des filtres de la plus haute gamme, et étant donné «qu’en tant qu’isolant minéral, la laine de roche est subventionnée au Luxembourg dans le cadre de l’aide financière PRIMe House pour l’assainissement énergétique de bâtiments existants», Étienne Schneider reprochait début 2018 une certaine hypocrisie à ses détracteurs.

Incohérence ou hypocrisie

L’évaluation du projet de Knauf est désormais entre les mains du ministère de l’Environnement et il est, à ce stade, difficile de voir comment une autorisation pourrait être refusée. Georges Engel espère que la prise en compte des émissions globales dans la région du sud pèsera dans la balance, tandis que Roberto Traversini estime qu’il faut de toute manière poursuivre le débat sur la qualité de la croissance.

Le directeur de la Fedil, René Winkin, estimait sur RTL le 29 janvier qu’il faudrait également sortir de la dépendance de la croissance de l’emploi comme seul générateur de gains de productivité. Message reçu du côté des principaux partis, qui souhaitent davantage de sélectivité en évitant notamment d’attirer des entreprises qui emploieraient surtout des frontaliers peu qualifiés.

Seulement, sans remise en question du modus vivendi ou «consummatio» luxembourgeois, l’approche plus sélective, même accompagnée de gains de productivité et de progrès technologiques, n’assurera pas à elle seule de transition vers un système durable.

La rédaction a choisi pour vous

Jeremy Rifkin

05 Février 2018

Le Luxembourg serait-il le premier pays au monde à vouloir délibérément freiner sa croissance? Ce débat est en haut de l’agenda politique, patronal et syndical en ce début d’année 2018, d’ores et déjà marqué par une campagne électorale bien avant son début officiel. Bien avant que les programmes n’aient été couchés sur papier.

Serge Allegrezza

10 Février 2018

Qualitative, sélective, soutenable, intelligente… Le public non averti s’y perd, il flaire l’enfumage. Pourtant, tous ces concepts ont un sens précis, ils peuvent se traduire statistiquement, ils représentent des leviers de politique économique. Ils éclairent la création de richesses dans un pays de plusieurs angles, ils supposent un rôle de l’État plus ou moins actif et des choix collectifs assumés.

Guy Wagner (BLI - Banque de Luxembourg Investments)

07 Juillet 2017

L’optimisme exprimé par les autorités politiques et monétaires quant à la force de la croissance économique mondiale ne se reflète pas dans les statistiques économiques réelles. Ainsi qu’indiquent Guy Wagner, chief investment officer de BLI - Banque de Luxembourg Investments, et son équipe, dans leur analyse mensuelle, les «Highlights».