Cours de langue obligatoires pour les réfugiés

04 Avril 2017 Par François Aulner
Réfugiés
Les réfugiés inquiètent les résidents. Les autorités veulent apaiser.
(Photo: Charles Caratini / archives)

La ministre de la Famille et de l’Intégration, Corinne Cahen, a annoncé lundi de nouvelles mesures pour renforcer l’intégration des demandeurs d’asile au Luxembourg.

Réunis lundi soir devant plus de 200 habitants d’Esch-Lallange, la ministre de la Famille et de l’Intégration, Corinne Cahen (DP), le ministre de l’Intérieur, Dan Kersch (LSAP), ainsi que la bourgmestre d’Esch, Vera Spautz (LSAP), et le directeur régional de la police, Daniel Reiffers, ont tenté d’apaiser les craintes des habitants quant aux 103 demandeurs d’asile hébergés dans le centre d’accueil installé dans l’ancien centre d’éducation différenciée.

Outre des cours pour apprendre le luxembourgeois, les demandeurs d’asile devront dorénavant suivre des cours civiques pour être mieux familiarisés avec la société luxembourgeoise. Corinne Cahen invite cependant aussi les résidents à entrer en contact avec les demandeurs d’asile pour améliorer l’intégration.

Vera Spautz a pour sa part souligné les efforts de la commune pour favoriser l’intégration, en avançant le groupe de travail créé au sein de la commune et les échanges permanents avec l’Office luxembourgeois de l’accueil et de l’intégration (Olai) et les ONG qui accompagnent les demandeurs d’asile.

Le sentiment d’insécurité

Dan Kersch a quant à lui réagi à l’augmentation du sentiment d’insécurité exprimé par les habitants à proximité du centre d’accueil, en soulignant que les demandeurs d’asile ne seraient pas favorisés et devraient respecter les règles comme tout le monde. Il a ajouté que la réforme de la police permettrait aux agents d’effectuer davantage de patrouilles dans les quartiers. Le directeur régional de la police, Daniel Reiffers, a d’ailleurs déclaré que la plupart des interventions dans ce quartier ne seraient pas liées aux demandeurs d’asile.

Étant donné que le centre d’accueil pour réfugiés à Esch-Lallange n’accueille actuellement quasiment que des jeunes hommes, la ministre de la Famille et de l’Intégration a expliqué que la plupart de ces hommes seraient en attente de regroupement familial. Les demandes de protection internationale, si avisées positivement, permettraient à ces jeunes gens de faire venir d’autres membres de leur famille au Luxembourg.

Critique envers la communication

Le membres du gouvernement ont reconnu hier d’avoir communiqué trop tard au sujet de l’implantation provisoire du centre d’accueil pour refugiés à Esch-Lallange, opérationnel depuis deux mois. Corinne Cahen et Dan Kersch ont cependant expliqué que le centre ne serait que provisoire, et que dès que le nouveau centre d’accueil «Neudorf» à Esch serait finalisé, l’ancien centre d’éducation différenciée deviendrait l’école de police.

Les ministres ont d’ailleurs rejeté le terme de «vague de migrants». Selon eux, seuls 800 des 3.000 demandeurs d’asile actuels obtiendraient la protection internationale. Les procédures qui prennent un certain temps, ne pourraient pas être raccourcies.

Malgré les explications des autorités, le public ne semblait pas entièrement convaincu, estime la presse quotidienne. Le Tageblatt titre ce matin «La peur de trop de testostérone», tandis que le Wort évoque une «ambiance tendue».

La rédaction a choisi pour vous

réfugiés

02 Septembre 2016

Décidée fin septembre 2015, la construction de nouvelles structures d’accueil à destination des demandeurs de protection internationale prend peu à peu forme. Mais alors que les plans d’occupation des sols sont publiés au Journal officiel, des recours ont vu le jour.

À l'heure actuelle, il y a 400 déboutés qui, de manière plus ou moins justifiée, continuent d’occuper des places dans des centres d'accueil du gouvernement.

07 Février 2017

Le ministre des Affaires étrangères doit présenter mercredi un projet de loi sur les questions d’immigration et clarifier la situation du hall 6 de Luxexpo, alors que plusieurs acteurs locaux impliqués dans la gestion des réfugiés commencent à remettre en question la gestion des demandeurs de protection internationale par le gouvernement.

Jean Asselborn, Mars Di Bartolomeo

08 Février 2017

Jean Asselborn a annoncé mercredi soir à la Chambre l’application rigoureuse de la procédure accélérée pour traiter les dossiers des demandeurs d’asile dits «Dubliners» et des demandeurs originaires des pays des Balkans. De nouvelles règles ont par ailleurs été adoptées pour attirer des «high net worth individuals».