«Convaincre 300 à 500 commerces d’ici trois ans»

02 Juin 2018 Interviewé par Jonas Mercier
Jerry Klein
«Les produits mis en ligne doivent obligatoirement être photographiés. Mais pas par nos équipes», rappelle Jerry Klein, le responsable de Letzshop.lu.
Photo: Letzshop.lu)

Deux jours après la présentation du fonctionnement de Letzshop.lu, le responsable de la plate-forme nationale de e-commerce, Jerry Klein, revient sur des aspects pratiques de la mise en ligne des boutiques pour les commerçants. Son lancement est prévu pour le 14 septembre.

Monsieur Klein, pouvez-vous nous expliquer le concept global de Letzshop.lu?

«Il s’agit d’une plate-forme nationale de e-commerce sur laquelle nous allons aménager des vitrines individuelles pour chaque commerçant qui souhaitera y participer. Un mini site internet sera alors créé avec un descriptif de la boutique et des produits, qui seront bien évidemment proposés à la vente.

Nous mettons également à disposition des solutions de paiement en ligne et de logistique. Bref, nous proposons un package complet, qui permettra aux commerçants qui font appel à nous de ne plus gérer la vente en ligne de ses propres produits.

Et concrètement, comment cela fonctionnera pour le commerçant?

«Si un commerçant est intéressé par la plate-forme, il peut nous envoyer un e-mail à l’adresse [email protected]. Nos équipes le contacteront dans les jours qui suivent pour lui poser quelques questions sur son système de gestion des stocks. S’il n’en a pas, nous lui proposerons des solutions alternatives.

Puis, nous prendrons rendez-vous pour lui envoyer un photographe. Ensemble, nous allons également l’aider à rédiger un texte descriptif de sa boutique, qui sera traduit dans la langue qu’il faut, car le site aura deux versions: une française et l’autre allemande.

Nous laissons de côté la vente de services, car c’est plus difficile à mettre en place.

Jerry Klein, responsable de Letzshop.lu

Le tarif sera unique: 500 euros par an, peu importe le chiffre d’affaires et le nombre de produits mis en ligne. Letzshop.lu prendra également en charge les coûts de livraison.

Enfin, l’accès à notre plate-forme est ouvert à tous les commerçants qui vendent des produits. Actuellement, nous laissons de côté la vente de services, car c’est plus difficile à mettre en place du côté de la logistique.

Tous ses produits seront photographiés?

«Il est clair que les produits mis en ligne doivent obligatoirement être photographiés. Mais pas par nos équipes. Nous nous occuperons seulement des photos de la boutique.

Nous donnerons cependant un coup de pouce au commerçant – étonnamment, pratiquement toutes les boutiques avec qui nous sommes en relations disposent déjà des photos de leurs produits, notamment grâce à leurs fournisseurs – en lui proposant que notre photographe fasse une première série d’une quinzaine de photos. Ce sera un service non payant.

Nous voulons mettre en place des formations sur le commerce en ligne.

Jerry Klein, responsable de Letzshop.lu

À partir de là, nous l’encouragerons à prendre ses propres photos. Pour cela, nous voulons créer des groupes d’échange d’expérience entre commerçants et éventuellement mettre en place de petites formations sur les fonctionnements de base du commerce en ligne.

Combien de temps faudra-t-il compter pour voir sa boutique mise en ligne sur la plate-forme?

«La prise de contact de nos équipes, après avoir reçu l’e-mail du commerçant, sera très rapide. Il faudra ensuite compter entre la première photo et la mise en ligne de la boutique: il se passera en moyenne entre quatre et six semaines.

Et quels sont vos objectifs?

«Nous avons des projections sur plusieurs années, car nous avons prévu de mettre en œuvre un plan de communication qui se déroulera sur trois ans. Un premier bilan sera fait après cette période. L’idée est d’abord d’ancrer Letzshop.lu dans la tête des commerçants luxembourgeois.

Mais nous envisageons d’ici là de convaincre entre 300 et 500 commerces, sur les 2.500 que compte plus ou moins le pays.

La rédaction a choisi pour vous

Nicolas Henckes, CLC

04 Décembre 2017

Le directeur de la Confédération luxembourgeoise du commerce mène plusieurs chantiers de front depuis son arrivée le 1er juin dernier, dont la modernisation et le financement de l’organisation. Nicolas Henckes veut aussi renforcer les services aux membres de la CLC qui doivent s’adapter au changement.

Après Webtaxi et Carloh, ce sont les CFL qui se sont inspirées du concept de l’économie du partage pour proposer un nouveau service à leurs usagers.

06 Décembre 2017

Longtemps considéré comme une menace, ce modèle d’affaires fait naître des idées chez des PME luxembourgeoises, qui y voient une nouvelle source de croissance. Même l’État proposera en début d’année prochaine sa propre plateforme.