Concours CYEL: une récompense et un atout

05 Juin 2013 Par Thierry Raizer
Qui succédera à Olivier Raulot (2011) et Thibaut Britz (2012)?
Qui succédera à Olivier Raulot (2011) et Thibaut Britz (2012), les deux derniers lauréats?
(Photos: archives paperJam)

Le lauréat 2013 du concours CYEL sera connu ce soir. L’occasion de prendre des nouvelles des deux derniers gagnants dont les affaires ont le vent en poupe.

Ils sont toujours jeunes et plus que jamais… motivés. Les deux derniers gagnants du concours CYEL (Creative Young Entrepeneur Luxembourg), organisé par JCI Luxembourg, continuent d’afficher deux des caractéristiques essentielles pour y participer.

Lauréat en 2011 et trois fois finaliste, Olivier Raulot reconnaît que le prix du CYEL lui a apporté une certaine visibilité. «En tant que start-up, ce type de prix permet aussi de gagner en crédibilité auprès de clients potentiels de renom», déclare le cofondateur de iNUI Studio, spécialisé dans les interfaces homme-machine.

Se différencier via l’innovation

La possibilité d’accéder à du contenu sur un écran uniquement par le mouvement des mains fait partie des technologies sur laquelle la société base sa croissance. «Nous avons développé des solutions qui fonctionnent à l’extérieur en utilisant des webcams standards, ce qui nous donne un grand avantage technologique.»

iNUI Studio compte ainsi parmi ses clients de grands acteurs du secteur financier luxembourgeois (la BCEE a été la première à communiquer, en mars 2012, sur «l’agence de demain»), mais aussi des clients importants à l’étranger, notamment grâce au showroom ouvert à Paris en septembre dernier. Une vitrine qui lui sert pour développer des prospects à l’international.

Un prix personnel

Le gagnant de l’an dernier, Thibaut Britz, entrevoit aussi l’avenir sur un mode de croissance. «Nous employons actuellement 20 personnes et nous avons l’objectif d’être 50 d’ici à la fin de l’année. Le challenge est de trouver les bonnes personnes, de former la bonne équipe pour pouvoir faire évoluer le produit.»

Spécialisée dans l’agrégation de données et, plus généralement, l’e-réputation, Trendiction continue de travailler autour de son produit. «Nous voulons nous démarquer de nos concurrents via un outil simple», ajoute Thibaut Britz. «Nous répondons à des besoins de fond de la part des clients, nous espérons donc atteindre, à terme, le marché mondial.»

Le cofondateur de la société Trendiction reconnaît cependant que le prix du CYEL est plutôt un accomplissement à titre personnel. «Nos clients sont essentiellement à l’étranger, la portée locale du prix n’est donc pas déterminante pour eux. C’est en revanche une reconnaissance du travail effectué.»

Il ne reste donc plus que quelques heures avant de connaître le nom du lauréat du 7e concours CYEL. La cérémonie de remise des prix se déroulera ce mercredi à partir de 18h au parc Belle-Vue.

 

 

La rédaction a choisi pour vous

«Le problème est qu’Emmanuel souffre d’une cote de popularité très faible en France, 26%, et d’un taux de chômage de près de 10%», a ainsi critiqué Donald Trump.

07:11

Le président américain s’est fendu de plusieurs tweets critiques à l’égard de son homologue français. Il lui reproche notamment la création d’une armée européenne et s’en est également pris à sa cote de popularité, qu’il juge «très faible».