(Photo: ICF Luxembourg)

Vous pensez à avoir recours à un coach. La profession connaissant un grand succès ces dernières années et n’étant pas réglementée, le choix est vaste et n’est pas forcément aisé.

Sur base de quels critères choisir? Comment sélectionner le vôtre? Comment vous assurer de son professionnalisme?

Une profession non réglementée

Cela veut dire que n’importe qui peut s’improviser coach. Décider de mettre une plaque à côté de sa porte «Pierre Dupont – coach» et «coacher» reste possible. Pour autant, la profession est une véritable profession et requiert des compétences bien définies, ainsi que le respect d’une éthique et d’une déontologie bien définies elles aussi.

Quel coach pour quoi?

Chaque coach a en principe sa spécialité. Choisissez votre coach en fonction du sujet pour lequel vous souhaitez vous faire accompagner. Chaque coach spécifie en principe ses zones de compétences et ces informations sont disponibles sur son site. L’International Coach Federation (ICF) donne accès au répertoire de ses membres sur son site (ainsi qu’à leur(s) spécialité(s)).

Le coaching est une démarche bien spécifique. Ce n’est pas de la psychothérapie. Mais ce n’est pas du conseil non plus, ni du mentorat. Si vous cherchez quelqu’un qui vous conseille, ou qui vous fait profiter de son expérience, choisissez un consultant ou un mentor. Pas un coach (voir notre article du mois de décembre 2017).

Sur base de quel(s) critère(s) choisir?

Le fit (ou l’alchimie)

Tout d’abord, vous devez vous sentir à l’aise avec lui (ou elle). L’alchimie est très importante pour vous sentir en confiance. En principe, un coach vous propose toujours un rendez-vous préalable destiné à tester cette alchimie. Si le courant ne passe pas, ne poursuivez pas.

La formation

La profession n’étant pas réglementée, la prudence est de mise. Une recommandation de votre entourage est souvent une bonne idée, mais ce n’est pas suffisant.

Il existe des formations dédiées. Bien qu’une formation ne garantisse pas à 100% la qualité d’un coach, cela permet quand même d’apporter certaines garanties. Certaines formations sont reconnues par l’ICF. La liste est disponible sur le site d’ICF Global. Elles délivrent un contenu pédagogique enseignant les 11 compétences du coach arrêtées par l’ICF.

Les compétences

ICF a défini 11 compétences essentielles qu’un coach devrait démontrer. Elles concernent, entre autres, l’éthique et la déontologie, la présence, la capacité d’écoute et de communication, le questionnement puissant (cf. notre article du mois de janvier). Assurez-vous que votre coach les connaisse et y adhère.

Son expérience

L’expérience du coach est un paramètre important. Bien qu’il ne soit pas nécessaire d’être expert d’un domaine donné pour coacher une personne (par ex. pas besoin d’être expert en ingénierie pour coacher un ingénieur) – un bon coach étant avant tout quelqu’un qui sait poser de bonnes questions –, son expérience peut avoir de l’importance. N’hésitez pas à lui demander quelle est son expérience.

La supervision

Un coach professionnel devrait disposer d’un lieu de supervision. On distingue la supervision individuelle, où le coach fait appel à un coach superviseur à l’occasion de séances individuelles, la supervision collective, où le coach bénéficie de la supervision d’un coach à l’occasion de sessions collectives avec d’autres coaches. Une autre possibilité consiste à partager ses difficultés à l’occasion de sessions d’intervision. Les coaches se réunissent et échangent à propos de leurs difficultés et bonnes pratiques avec des pairs. Bien entendu, la confidentialité stricte est respectée, seul le processus est discuté, non le contenu ou les noms des clients.

L’appartenance à une association

Vérifier que le coach adhère à une association, pour choisir un coach dont la profession n’est pas réglementée, peut représenter une garantie de taille. Les associations demandent à leurs adhérents de respecter un code éthique et déontologique, de démontrer des compétences bien définies et offrent des possibilités d’accréditations suivant plusieurs niveaux, renouvelables, requérant une formation continue et un lieu de supervision. Autant de garanties de professionnalisme! ICF est l’association la mieux représentée à travers le monde et offre toutes ces garanties.

Choisir un coach ICF est donc un gage de qualité et de sérieux:

  •     il aura suivi une formation sérieuse de coach,
  •     il dispose d’une déontologie et la respecte,
  •     il maîtrise les compétences essentielles indispensables à la pratique du coaching,
  •     il a régulièrement recours à un superviseur pour traiter ses difficultés auxquelles il pourrait être confronté dans son travail avec ses clients et pour améliorer sa pratique,
  •     il a effectué lui-même un travail personnel de conscience de lui-même,
  •     idéalement, il a une bonne connaissance du monde de l’entreprise pour y avoir exercé lui-même,
  •     il est en veille par rapport à son secteur d’activité et il continue à se former.

Questions à poser à votre coach 

La rédaction a choisi pour vous

07:52

Onze semaines après le scrutin qui a porté les populistes du Mouvement 5 étoiles et de la Ligue du Nord au pouvoir, les deux partis se sont accordés sur le nom de celui qui devrait prendre la tête du futur gouvernement. Réponse dans les jours à venir.