Cinq stands à ne pas rater à la LAW 2018

09 Novembre 2018 Par Céline Coubray
Cinquante exposants participent à Luxembourg Art Week.
50 exposants participent à la Luxembourg Art Week.
(Photo : Mike Zenari)

Alors que la Luxembourg Art Week ouvre officiellement ses portes aujourd’hui, la rédaction de Paperjam a sélectionné cinq stands à ne pas rater lors de cette édition 2018, qui dure jusqu’à dimanche.

Nosbaum Reding, stand A18, «Positions»

Parce qu’il s’agit du stand du galeriste (Alex Reding) qui est à l’initiative de la Luxembourg Art Week. On peut y voir un concentré des artistes habituellement représentés par la galerie: Peter Zimmermann, Stephan Balkenhol, Barthélémy Toguo, Philippe Cognée, etc. Le stand est partagé avec la galerie Michael Janssen.

Stand Nosbaum RedingStand Nosbaum RedingStand Nosbaum RedingStand Nosbaum Reding

Valerius Art Gallery, stand A22, «Positions»

Ouverte seulement depuis environ un an, Valerius Art Gallery participe pour la première fois à la Luxembourg Art Week et se présente directement dans la section «Positions» grâce à un accrochage mélangeant de grands noms à des artistes émergents. Gérard Valérius propose ainsi une grande toile de Karel Appel, une sculpture murale de Raymond Hains, de beaux tirages photographiques de Roger Wagner, ou encore une série de peintures du tout jeune Éric Mangen.

Stand Valerius Art Gallery. Photo : D.R.Stand Valerius Art Gallery. Photo : D.R.Stand Valerius Art Gallery. Photo : Mike Zenari

La Patinoire royale - Galerie Valérie Bach, Stand A10, «Positions»

La galerie bruxelloise a su trouver un juste équilibre entre artistes internationaux et artistes ayant un lien avec Luxembourg. Aussi, Martine Feipel et Jean Bechameil bénéficient d’un accrochage sur tout un pan de mur associant sculptures murales et dessin. On découvre aussi trois œuvres de :mentalKLINIK, dont le travail avait été présenté au Camp de base du Mudam, lors de sa phase de préfiguration.

Stand La Patinoire Royale-Galerie Valérie Bach. Photo : D.R.Stand La Patinoire Royale-Galerie Valérie Bach. Photo : D.R.Stand La Patinoire Royale-Galerie Valérie Bach. Photo : D.R.

Anne Barrault, stand A16, «Positions»

Coup de frais grâce au stand de la galerie parisienne, qui présente des artistes qui pourraient avoir comme point commun leur amour du dessin. La série de peintures de Guillaume Pinard mérite qu’on s’y attarde. Volontairement naïve, elle est pleine d’humour et de références, bien plus savante qu’elle n’y apparaît à première vue. Un grand format de Dominique Figarella attire le regard, et avec raison, car le spectateur s’y projettera volontiers. Enfin, on se délectera de découvrir plus calmement la cartographie de Jochen Gerner, dont des œuvres avaient été présentées au Mudam et dans les pages d’artistes du Land.

Stand Anne Barrault, photo : D.R.Stand Anne Barrault, photo : D.R.Stand Anne Barrault, photo : D.R.

Galerie 8+4, Stand B16, «Take Off»

Pour sa première participation dans la section «Take Off», cette galerie propose une sélection de multiples productions de grande qualité: autoportraits de Roman Opalka, multiple œuvres de Robert Barry et de Vera Molnar, ensemble photographique de Giuseppe Penone, petites sculptures de Lawrence Weiner, ou encore collages uniques de Claire Trotignon. Des grands noms à prix démocratiques.

Stand Galerie 8+4. Photo : D.R.Stand de la galerie 8+4. Photo: Mike Zenari

www.luxembourgartweek.lu

La rédaction a choisi pour vous

Alex Reding et Marc Hostert présentent l'édition 2018 de Luxembourg Art Week.

08 Novembre 2018

La quatrième édition de Luxembourg Art Week débute officiellement ce vendredi 9 novembre. Une édition marquée à la fois par la continuité, mais aussi par une belle amélioration de sa qualité.

Un des employés du Mudam alerte sur les conditions de travail et les nombreuses démissions au sein du musée.

14:46

Une lettre anonyme a été adressée à la direction et au service des ressources humaines du Mudam, ainsi qu’au Woxx et au Wort pour pointer des dysfonctionnements internes en ce qui concerne la gestion du personnel au sein du musée. Mais ce que révèle cette lettre est surtout un malaise plus profond qui reste encore un sujet tabou: les conditions de travail dans le milieu de la culture.

L’artiste János Sugár expose «Fire in the Museum» (2008/2018), un feu constant pendant la durée de l’exposition.

11:47

Le Casino Luxembourg présente à partir du 19 janvier l’exposition «Buveurs de quintessences» réalisée en partenariat avec la Fonderie Darling de Montréal. Une exposition qui n’hésite pas à mettre en exergue le vide qui se donne à voir sous différentes formes esthétiques.