ChatOps: l’informatique de demain dès aujourd’hui

10 Janvier 2018 Par Pierre Paci-Post Luxembourg
(Photo: Post Luxembourg)

Quel que soit votre business, si vous lisez ce blog, il est à parier qu’il dépend d’une infrastructure informatique. Qu’elle soit dans le cloud, chez un hébergeur ou dans vos locaux, sa gestion a connu de grands bouleversements ces dernières années. Mais une nouvelle révolution est déjà en train de s’imposer dans les plus grandes entreprises. Celle des ChatOps qui connectent outils, robots et collaborateurs pour simplifier les workflows.

L’automatisation en marche

C’est un fait, en 2017, les équipes techniques disposent des outils nécessaires pour automatiser les déploiements de logiciels et même d’infrastructure. Les images Cloud par exemple, dans le Cloud public ou privé, permettent de gagner un temps précieux en évitant de redéployer des composants encore et encore. Les outils d’orchestration, comme Puppet, permettent d’adapter rapidement une machine, physique ou virtuelle - aux besoins de votre entreprise. Et il est bien entendu possible de combiner ces deux approches en intégrant des outils d’orchestration directement dans des images de machines.

La tendance est au mouvement Dev-Ops, qu’Amazon définit ainsi:

« Le DevOps est une combinaison de philosophies culturelles, de pratiques et d’outils qui améliore la capacité d’une entreprise à livrer des applications et des services à un rythme élevé, pour des produits qui évoluent et s’améliorent plus rapidement que ceux des entreprises utilisant des processus traditionnels de développement de logiciel et de gestion d’infrastructure. Cette vitesse permet aux entreprises de mieux servir leurs clients et de gagner en compétitivité. »

Il n’y a plus de séparation claire entre le monde du développement (dev) et le monde de l’infrastructure (ops). Ces deux univers sont réunis pour créer des synergies et accélérer les cycles de développement.

Prenons le cas de Kubernetes (Google) ou de Mesos (Apache, originellement Twitter). Ces plateformes offrent une solution qui permet d’unifier votre infrastructure via une couche d’abstraction logicielle. Elles permettent entre autres d’alléger les contraintes en termes de prérequis logiciels pour rendre le processus de développement le plus agile possible.

L’interface comme frein à la productivité

Si des solutions techniques permettent d’automatiser de plus en plus de tâches, elles ont l’inconvénient d’être nombreuses. Et avec la multiplication des outils, vient la multiplication des interfaces. Qu’il s’agisse de lignes de commande ou d’interfaces web, chaque outil propose une porte d’entrée différente. Certains logiciels vont plus loin et ne proposent pas d’interface humaine. Ainsi Mesos dispose de plusieurs API (interfaces de programmations) mais il est impossible de déployer une application sans écrire un script ou utiliser un outil complémentaire. Voilà le problème fondamental. L’humain doit apprendre à communiquer avec la machine, quand l’inverse devrait se produire.

LIRE LA SUITE DE L'ARTICLE

Retrouvez l’intégralité de ICT Expert Luxembourg

La rédaction a choisi pour vous

Projet de Jim Clemes associates + Sander Hofrichter Architekten

15:40

Il ne reste plus que deux équipes en lice pour le concours d’architecture lancé par les Hôpitaux Robert Schuman. Les deux équipes vont devoir affiner leur proposition afin de remporter le concours et d’avoir la possibilité de concevoir l’extension sur le site de l’hôpital au Kirchberg.

15:03

Le 19 juillet 2018, Jean-Louis Six, l’ambassadeur de Belgique au Luxembourg, a organisé dans sa résidence d’Itzig la traditionnelle réception donnée à l’occasion de la Fête nationale belge. Un cadre idéal pour recevoir des hôtes, qu’il s’agisse de ministres belges en visite ou de personnalités du monde politique et économique local. (Photos: Jan Hanrion/Maison Moderne)

14:12

Depuis le 14 juillet, la circulation des trains desservant le sillon lorrain est interrompue suite aux travaux de la nouvelle ligne Bettembourg-Luxembourg. Ce qui oblige les frontaliers à se reporter sur l’autoroute. Pour le ministre, «la situation s’améliorera fin de semaine prochaine».