Charles Muller revient à ses premières amours

14 Mai 2018 Par Thierry Raizer
Charles Muller, avocat.
À 54 ans, Charles Muller écrit une nouvelle page de sa carrière en capitalisant sur son expérience.
(Photo: Julien Becker / archives )

Figure de la Place, Charles Muller a choisi de revenir vers son premier métier, celui d’avocat, tout en poursuivant une collaboration en tant que conseiller pour KPMG.

Spécialiste des fonds d’investissement et très actif sur le sujet du Brexit, Charles Muller a choisi de renouer avec ses occupations professionnelles originelles.

Depuis le 1er mars dernier, il est redevenu avocat à la Cour. «Je ne veux pas être un avocat classique», précise l’intéressé à Paperjam. 

Assermenté pour la première fois en 1989, la carrière de Charles Muller a été dédiée aux fonds d’investissement. Cette matière, ainsi que les directives européennes, sera au cœur de sa pratique d’avocat. 

Une double casquette

Les ponts ne sont toutefois pas coupés avec KPMG, qu’il avait rejoint après avoir été directeur général adjoint de l’Alfi de 2003 à 2011. Charles Muller opère en tant que conseiller indépendant du cabinet. 

C’est d’ailleurs à ce titre qu’il a signé une carte blanche dans le numéro de mai de Paperjam Plus, consacré aux fonds d’investissement. 

À noter que Charles Muller envisage aussi l’avenir en tant qu’administrateur indépendant auprès de fonds et sociétés de gestion.

La rédaction a choisi pour vous

Charles Muller KPMG

08 Mai 2018

It is clear that the British exit is changing the shape of the European fund industry and that the strategy of the EU27 needs to be adapted accordingly. However, I feel that some big countries are using Brexit as an excuse to try to reorganise their market shares in the EU.