Ça s’est passé en janvier (2)

31 Juillet 2017 Par Jean-Michel Gaudron
Donald Trump
La prestation de serment de Donald Trump ouvre la voie à une période d’incertitude...
(Photo: capture d'écran / BBC)

L’économie luxembourgeoise file bon train et les bonnes nouvelles se succèdent pour les entreprises nationales. L’État en profite pour solliciter de nouveau le marché obligataire avec un emprunt de 2 milliards très vite placé. Mais entre le nouveau président américain Donald Trump et les prémices du Brexit, un voile d’incertitude pèse plus que jamais sur l’équilibre économique international.

La coalition gouvernementale l’a applaudi, l’opposition l’a contesté: l’annonce par le ministre DP des Finances Pierre Gramegna d’un emprunt national pour un montant de 2 milliards d’euros courant sur 10 ans, avec un taux d’intérêt fixe de 0,625% et offrant un taux de rendement de 0,74% par an. Ce qui «constitue les taux d’intérêt les moins élevés jamais contractés par l’État luxembourgeois pour un emprunt obligataire classique», s’est réjoui le ministère des Finances dans le communiqué accompagnant l’annonce.

Cet appel aux marchés intervient dans un climat économique globalement favorable, et est destiné à de futurs investissements massifs. Des investissements, il en est aussi question chez ArcelorMittal, qui affiche un large sourire en ce début d’année. Quelques jours avant la publication officielle de ses chiffres 2016, le groupe affiche une bonne santé et annonce injecter 35 millions d’euros en trois ans sur le site de production de Differdange.

De son côté, le groupe Ceratizit a démarré 2017 sur les chapeaux de roues, enchaînant coup sur coup l’annonce de deux opérations majeures: le rachat du fabricant allemand d’outils en diamant, Becker Diamantwerkzeuge, et une prise de participation majoritaire dans le capital de Best Carbide Cutting Tools, un fabricant américain d’outils de coupe en carbure monobloc.

Il n’est toutefois pas forcément nécessaire d’investir autant pour avancer. Avec un euro, les entrepreneurs peuvent désormais se lancer dans l’aventure grâce à la sàrl simplifiée. Votée en juillet 2016, la loi est entrée en vigueur à la mi-janvier et permet un accès au marché plus facile et plus rapide pour les créateurs d’entreprises.

Dans ce climat d’affaires sensiblement positif, l’aéroport du Findel surfe sur une dynamique positive et atteint le 6e rang européen des aéroports les plus dynamiques en matière de fret. 

Les perspectives n’en restent pas moins incertaines pour l’ensemble de l’économie, au vu, notamment, des derniers développements sur un plan international. La prestation de serment du nouveau président américain, Donald Trump, ouvre ainsi la voie à une ère totalement nouvelle et imprévisible de par le caractère pour le moins fantasque du milliardaire new-yorkais. De quoi inquiéter bon nombre d’observateurs et d’acteurs politiques, à commencer par Xavier Bettel lui-même

De l’autre côté de l’Atlantique, aussi, d’autres inquiétudes naissent du processus enclenché du Brexit et de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. Initié par le résultat du référendum du 23 juin 2016, le processus est officiellement présenté par la Première ministre britannique Theresa May. 

 

La rédaction a choisi pour vous

Cédric Bellwald, président du Jeune Barreau

08:00

Entré au Barreau en 2009, Cédric Bellwald (Moyse & Bleser) endosse cet automne la présidence de la conférence du Jeune Barreau, succédant à Henry de Ron. Avec l’envie de faire avancer les dossiers qui tiennent à cœur aux 1.500 avocats ayant moins de 11 ans d’expérience — soit la majorité des avocats du Barreau qui en compte 2.400.

Cette nouvelle liaison pourrait amener annuellement 100.000 à 200.000 passagers supplémentaires à Luxair, selon Adrien Ney, le CEO

20 Octobre 2017

La compagnie aérienne luxembourgeoise a annoncé vendredi qu’elle avait été choisie pour reprendre la liaison entre les deux villes allemandes, laissée vacante par la faillite d’Air Berlin.