Boris Johnson quitte à son tour le navire May

09 Juillet 2018 Par Jonas Mercier
Boris Johnson
«Cet après-midi, la Première ministre a accepté la démission de Boris Johnson en tant que secrétaire aux Affaires étrangères», a indiqué un porte-parole du gouvernement britannique, cité par The Guardian.
(Photo: Licence C. C.)

Le ministre des Affaires étrangères du Royaume-Uni a annoncé ce lundi qu’il démissionnait, moins de 24h après son homologue en charge du Brexit, David Davis. Même s’il est l’un des chefs de file du «hard Brexit», l’ancien maire de Londres n’a pas encore détaillé les raisons de son choix.

Connu pour ses sorties médiatiques provocatrices et sa campagne agressive en faveur du «leave», l’ancien maire de Londres et ministre des Affaires étrangères depuis juillet 2016 a annoncé sa démission du gouvernement, lundi.

«Cet après-midi, la Première ministre a accepté la démission de Boris Johnson en tant que ministre des Affaires étrangères. Son remplacement sera annoncé sous peu. Le Premier ministre remercie Boris pour son travail», a simplement indiqué un porte-parole du gouvernement britannique, cité par The Guardian.

Crise politique

Cette démission arrive seulement 24h après celle de David Davis, ministre en charge du Brexit, qui a clairement lié son geste à l’approche d’un «soft Brexit» défendue par Theresa May et dans laquelle il ne se retrouvait pas.

Pourtant, la Première ministre a obtenu vendredi l’accord de l’ensemble de son gouvernement pour maintenir une relation commerciale post-Brexit étroite avec l’UE. Celui-ci devait être présenté lundi aux députés britanniques, avant d’être soumis aux négociateurs représentant l’UE, à Bruxelles.

Ce troisième départ – David Davis a été suivi par son numéro 2, Steve Baker – augure d’une crise politique profonde pour la Grande-Bretagne, alors que mars 2019, qui marquera la sortie effective du pays de l’Union européenne, approche à grande vitesse.

La rédaction a choisi pour vous

04 Juillet 2018

Au-delà de la bonne nouvelle que constitue l’arrivée au Luxembourg d’acteurs financiers d’importance en prévision du Brexit, les recruteurs font face à une surchauffe du marché. Mais il ne suffit pas d’attirer des talents étrangers...

Michel Barnier, commission européenne.

28 Février 2018

Ce qui n’est qu’un projet de texte de négociation a déjà provoqué l’ire du Premier ministre britannique. Le document présenté par Michel Barnier et censé guider les négociations du Brexit souligne des divergences persistantes.