Bienvenue au cabaret

02 Février 2018 Par France Clarinval
Media Awards 2018
Les Media Awards avaient l’allure d’un grand cabaret.
(Photo: Maison Moderne)

La soirée des Media Awards 2018 a été placée sous le signe du cabaret. Réactions des gagnants.

Quand le rideau du Grand Théâtre s’est levé, c’est un souffle de «waouh» qui a été entendu. La salle a immédiatement été plongée dans une ambiance vintage qui a eu son petit effet. Nathalie Reuter, en maîtresse de cérémonie, a accueilli Maurice Lévy, le président du conseil de surveillance de Publicis Groupe, après un premier aperçu de la voix rauque de Peggy Lee Cooper dans une robe rouge à sequins du meilleur effet.

L’hôte du soir a répondu à quelques questions d’usage, faisant savoir à l’assemblée l’importance qu’il accorde aux données et la méfiance qu’il nourrit envers l’intelligence artificielle. On apprendra qu'il se lève et se couche avec Bloomberg, que son réseau social favori reste sa famille et que sa dernière recherche sur Google concerne justement Nathalie Reuter.

Viennent alors la litanie de prix et les interviews d’usage aux vainqueurs. Une cérémonie rythmée, qui ne tire pas en longueur aux dires de tous les participants.

La parole est donc donnée aux vainqueurs. Pour tous, «on ne travaille pas pour un prix, mais quand on l’a, on est content», le mot d’ordre est résumé par Fred Thill de chez IP. La publicité à la radio, longtemps le parent pauvre de la communication, a pris ce soir une dimension particulière.

«Avec un budget moindre, la radio doit faire passer autant d’images qu’un spot télé», résume notre interlocuteur. «C’est un média qui nécessite plus d’imagination que tous les autres», assure Marc Gerges, en charge de la communication chez Luxair. Un média où la musique revêt une importance particulière, ce que prouve Moskito qui «a mis les moyens pour faire de la production musicale un de ses fleurons», comme le précise Tom Retter de cette agence.

On notera la satisfaction de toutes les agences qui ont remporté des prix, ou même des nominations. «Avec 11 nominations, c’est une sorte de consécration pour nous. Je suis fier de ce parcours qui met à l’honneur 27 ans de travail et d’amour du travail», met en avant Camille Groff de Mikado.

Dans le secteur du «cross-media», l’agence Vous a tiré son épingle du jeu. «C’est à mon sens la catégorie reine parce qu’elle demande de trouver un message suffisamment fort et juste pour pouvoir être décliné à travers différents supports», estime André Hess de Vous.

Tous les lauréats de Prix du Public s’accordent sur l’importance d’une telle reconnaissance. «Ce sont nos milliers de clients qui nous jugent tous les jours», explique Max Weber de Rosport. Même son de cloche à la Graphisterie Générale, qui voit dans son Prix du Public «une preuve que notre manière de communiquer est la bonne».

Plusieurs nouveaux venus ont été salués. C’est le cas de Wili, qui s’avoue «super content pour nous et pour notre client», ou de Arendt Business Advisory, qui vient d’arriver sur le marché. «Notre communication n’est pas aisée parce qu’on est dans le domaine de l’intellect peu tangible», énonce Philippe Wery, qui a développé cette branche, «Il faut faire comprendre qu'on est nouveau tout en respectant les codes de la maison». «On a répondu à l’exigence du client avec une proposition tout aussi exigeante», se défend Pietro Namèche de chez Ierace Dechmann + Partners.

Avec une soirée bien rythmée qui a suivi ses attentes en termes d'ambiance et de durée, la Media Awards Night a répondu à la demande du secteur de la communication d’une mise en évidence du travail des équipes de l’ombre et de la reconnaissance de ses pairs. 

La rédaction a choisi pour vous

01 Février 2018

21 campagnes publicitaires «made in Luxembourg» ont été récompensées jeudi soir durant la 4e édition de la cérémonie organisée par Maison Moderne et RTL au Grand Théâtre de la Ville de Luxembourg.