Au réveillon, les SMS perdent du terrain

02 Janvier 2018 Par Audrey Somnard
Appels et SMS à nouvel an
Les appels, mais aussi SMS, sont en perte de vitesse pour se souhaiter la bonne année, au profit des messageries des réseaux sociaux.
(Photo: Licence C.C.)

Cette année encore, les opérateurs mobiles notent un recul des SMS au profit de l’internet mobile. Il est plus facile pour les utilisateurs d’aller sur les réseaux sociaux pour communiquer avec leurs proches.

Le temps où les téléphones étaient en rade le 31 décembre après les 12 coups de minuit est bien loin. Combien de réveillons ont été passés à maudire son téléphone? Des appels impossibles à passer, des SMS qui ne partent pas... bref, un enfer. C’est peut-être à cause de ces mauvais souvenirs que les utilisateurs ont décidé de se souhaiter une bonne année grâce à l’internet mobile, histoire de faire mouche et atteindre son interlocuteur, quelle que soit l’affluence.

Tango constate ainsi une diminution de 20% du trafic des SMS par rapport à l’année passée, alors que dans le même temps, l’opérateur note une augmentation de 30% du réseau de data mobile juste après minuit le soir du 31 décembre, ce qui s’explique par une augmentation de l’utilisation de vidéos, ajoute Tango.

Même son de cloche chez Post, qui note une baisse de 17% de l’utilisation des SMS, entre le 31 décembre et le 1er janvier, avec 1,5 million de SMS envoyés.

L’internet mobile permet d’envoyer des photos et vidéos personnalisées, des messages rigolos: une façon un peu plus créative de se souhaiter la bonne année, face à des SMS finalement un peu tristounets.

La fonction téléphone proprement dite de nos smartphones n’a pas encore dit son dernier mot, car les opérateurs notent un (petit) retour en grâce des appels cette année, avec 4% d’appels supplémentaires juste après minuit chez Tango. Comme le réseau n’est désormais plus saturé, ceux qui préfèrent le son de la voix de leurs proches se privent désormais moins pour le faire. Même constat chez Orange Luxembourg en ce qui concerne Noël, mais pas pour la St Sylvestre: «Le nombre d’appels reste en légère croissance (+5.6%)  pour la nuit de Noël et reflète certainement les relations dans la famille alors que les appels de la nuit du jour de l’An chutent de 43% pour laisser place aux SMS, mais surtout à l’internet mobile», indique l’opérateur dans un communiqué.

Une capacité de 3.500 SMS à la seconde

Chez Orange, le nombre de SMS par minute est de 128 pour la nuit de Noël alors qu’il atteint 686 SMS/min la nuit du jour de l’An, pour un total de 170.000 SMS. Un volume loin d’atteindre la capacité du réseau d’Orange qui permet de gérer 3.500 SMS à la seconde (soit 210.000 SMS par minute). Pourtant, les SMS ont été cette année encore boudés par les utilisateurs, puisque l’opérateur enregistre une baisse de 12% par rapport à la Saint-Sylvestre 2016, qui était déjà elle-même en baisse. La tendance se confirme donc.

L’internet mobile poursuit son envolée: la croissance de 29% de 2016 à 2017 passe à 45% de 2017 à 2018. Orange Luxembourg constate même une augmentation de 156% à l’heure de pointe, autour de 23h, le 31 décembre au soir.

Chez Orange, les utilisateurs ont échangé plus de 42 terabytes (42.000 GB) d’internet mobile pour les seules nuits de Noël et de la Saint-Sylvestre, une progression de 45% par rapport aux fêtes de l’année précédente. Du côté de Post, 50,23 terabytes ont été échangés cette année, contre seulement 32 terabytes l’année dernière, soit une augmentation de 56% qui confirme la mainmise de l’internet mobile dans les échanges durant la nuit de la Saint-Sylvestre.

La rédaction a choisi pour vous

Échange vœux

03 Janvier 2017

Le passage de 2016 à 2017 a confirmé que le SMS avait définitivement vécu en matière de (bons) vœux. Les résidents ont désormais pris l’habitude d’échanger via les réseaux sociaux ou les applications mobiles.

Fin du roaming

14 Juin 2017

Ce jeudi 15 juin, les frontières de la téléphonie mobile explosent partout au sein de l’Union européenne. Pour les opérateurs, il s’agit d’un important manque à gagner qu’ils tentent de compenser par de nouveaux services.