Apla, un Swift du futur grâce à la blockchain

08 Août 2018 Par Jonas Mercier
Vitaly Bondar
Pour gagner la confiance de l’industrie financière, Apla impose la présence d’intermédiaires régulés au cœur de sa blockchain.
(Photo: DR)

La start-up basée à la Lhoft souhaite créer un nouveau système international de transfert d’argent entièrement basé sur la blockchain. Pour cela, elle entend convaincre banques et institutions de paiement grâce à un système qui respecte l'ensemble des règles du secteur.

C’est un pari un peu fou que s’est lancé Apla, une start-up d’origine russe, mais basée au Luxembourg. Grâce à une blockchain d’un genre nouveau, elle souhaite rendre les transactions de sa monnaie virtuelle conformes aux obligations réglementaires en vigueur, notamment en termes blanchiment d'argent. Cette situation lui permettrait de proposer un système de transfert d'argent global bien plus rapide qu'avec le système de messagerie sécurisée le plus utilisé par le système bancaire, Swift.

«Nous voulons offrir un système de transactions qui réduise le nombre d’intermédiaires, donc moins coûteux et plus rapide, mais qui réponde entièrement aux exigences des régulateurs», détaille le chief legal officer de la jeune pousse, Vitaly Bondar.

La blockchain et les monnaies virtuelles qui en découlent offrent de nombreux avantages pour les transferts d’argent, c’est un fait connu. Mais cette technologie n’a pas encore été adoptée par le milieu bancaire, qui ne lui fait pas confiance. En cause, l’absence d’un cadre reconnu par les autorités financières. Pour renverser cette situation, Apla a eu l’idée d’inviter les banques et autres instituts de paiement régulés à participer au fonctionnement de son écosystème.

Une porte d’entrée régulée

Si l’apparition de cet intermédiaire fait perdre à la blockchain une partie de son caractère décentralisé, elle lui fait gagner en crédibilité auprès de l’industrie financière. L’institution régulée qui décidera de participer à la blockchain d’Apla – il pourra s’agir d’une banque, d’une fintech ou d’une plate-forme d’échange de monnaies virtuelles – sera en effet certaine que toutes les transactions effectuées dans cet écosystème répondent aux critères de conformité internationaux.

«Cet intermédiaire sera la porte d’entrée de ses clients sur notre blockchain. Il devra délivrer un portefeuille électronique, au même titre qu’un compte bancaire, et donc s’assurer d’être conforme aux règles en matière de KYC et AML», précise Vitaly Bondar. «À partir de là, cela fonctionnera comme le réseau de Swift. Les transferts d’argent pourront se faire de manière sécurisée d’un intermédiaire à l’autre.»

Un premier intermédiaire «convaincu»

L’avantage de ce système par rapport à Swift est qu’il sera bien moins cher et moins complexe. Apla prendra une commission fixe qui se situera autour d’un centime d’euro pour chaque transaction. À cela pourront s’ajouter des taxes définies par l’intermédiaire en fonction de l’importance des sommes transférées.

Mais pour attirer un maximum d’institutions financières à rejoindre le projet en tant qu’intermédiaires, Apla devra convaincre les plus gros acteurs que sa blockchain est sûre. La fintech aurait déjà convaincu un établissement financier au Luxembourg, dont elle ne souhaite pas encore révéler le nom, de rejoindre sa blockchain.

La rédaction a choisi pour vous

«Si nous avons choisi la blockchain pour notre solution, c’est simplement pour bénéficier des avantages de cette technologie qui rend l’ensemble du processus plus simple et sécurisé», explique Alexander Tkachenko, le CEO et fondateur de VNX.

12 Juillet 2018

En utilisant la blockchain, la jeune pousse VNX a créé une plate-forme d’échange pour faire le lien entre les investisseurs et les sociétés de capital-risque en quête de liquidité. Très bien accueillie dans le milieu, cette solution doit encore attendre l’aval de la CSSF.

Oliver Schimek (à gauche), le CEO de Crosslend, et Alex Lawrence, le directeur général de Crosslend Luxembourg, dans les bureaux de Paperjam.

27 Juin 2018

Présente au Luxembourg depuis novembre et membre de l'écosystème de la Lhoft, la start-up allemande a l’ambition de faciliter le financement des PME européennes grâce à un système de titrisation des petits emprunts. La BCEE a décidé de s’engager à ses côtés en passant un partenariat stratégique.

James Hickson, le CEO de Mash

17 Juillet 2018

La start-up d’origine finlandaise, spécialisée dans les prêts à courte durée et le paiement différé, est entrée dans une nouvelle étape de sa croissance. Présente au Luxembourg depuis 2015, elle a rapatrié l’ensemble de sa direction au Grand-Duché, d’où elle cherche maintenant à accélérer son développement international.