Ann Sophie Lindström nommée par la World Press Photo

20 Juin 2018 Par France Clarinval
Photo extraite de la série «Don’t fence me in».
(Photo: Ann Sophie Lindström)

La photographe luxembourgeoise fait partie des six Européens choisis pour le programme «6×6 Global Talent» qui valorise les «visual storytellers».

Le programme «6×6 Global Talent» de la World Press Photo Foundation offre à six jeunes talents de six régions différentes du monde une plate-forme pour élargir la portée de leur travail en tant que «visual storyteller». La Luxembourgeoise Ann Sophie Lindström figure parmi les nommés de cette année. Une occasion unique de faire connaître son travail photographique à un plus large public.

«Ann Sophie Lindström est l’une des storytellers visuelles à venir les plus intéressantes aujourd’hui, avec des projets qui font le lien entre la photographie et le documentaire filmé. Son film actuel, ‘The Bitter with the Sweet’, mène l’intimité, un sujet évident dans tout son travail, à un niveau supérieur», estime le photographe allemand Uwe H. Martin, producteur au Bombay Flying Club. Il a été le mentor de la photographe luxembourgeoise en 2014 et elle est désormais membre de cette prestigieuse agence de photojournalistes.

Le travail d’Ann Sophie Lindström donne une image intime des personnes et des lieux qu’elle documente. Ses histoires se concentrent sur des communautés marginales de personnes qui sont généralement ignorées de la société et qui se créent une sorte de famille de substitution les unes pour les autres.

Elle a ainsi documenté la vie d’un groupe de punks qui tentaient de survivre dans une jungle urbaine capitaliste dans sa série «Punk ist kein Kaffeekränzchen», et la communauté afro-américaine Urban Horse dans un quartier à forte criminalité du nord de Philadelphie dans «Do not fence me in».

Son film actuel, «The Bitter with the Sweet», est une histoire d’amour au bord de la folie entre un couple qui essaie de vieillir ensemble.

La rédaction a choisi pour vous

25 Septembre 2018

Cette semaine, parmi les «Ten things to do» de Delano, découvrez le Californien Gregory Porter revenant à la Philharmonie le 29 septembre, trois ans après sa première apparition aux côtés de l’Orchestre philharmonique du Luxembourg.