Actif / passif : quelle allocation idéale ?

02 Mai 2018 Par Lyxor - ETF
(Photo : ETF)

A l’occasion de la publication de l’étude annuelle de Lyxor ETF portant sur la performance de plus de 6000 fonds actifs, Marlène Hassine Konqui, Responsable de la Recherche ETF, explique comment la combinaison entre gestion active et passive peut permettre d’optimiser les portefeuilles.

Dans notre dernière étude « Analysing active & passive fund performance: What 2017 results tell us about portfolio construction » publiée en avril 2018, nous analysons la performance de plus de 6000 fonds actifs domiciliés en Europe par rapport à leurs indices de référence, au sein de 23 univers distincts. Nous en déduisons une proposition sur la combinaison optimale entre gestion active et passive au sein d’un portefeuille.

L’allocation entre véhicules d’investissement comme moteur de performance

Depuis de nombreuses années, la recherche académique a démontré que l’allocation d’actifs constitue le principal moteur de performance d’un portefeuille sur le long terme. Dans un environnement de marché en perpétuelle mutation, trouver le juste équilibre entre objectifs de performance et tolérance au risque représente un véritable défi pour les investisseurs. Aujourd’hui, la recherche ETF de Lyxor va plus loin et démontre que l’allocation entre gestion active et passive est un autre moteur essentiel pour optimiser leurs portefeuilles.

Une palette élargie à disposition des investisseurs

Le développement des marchés et l’évolution de la théorie financière ont permis d’élargir la palette de solutions d'investissement à disposition des investisseurs : ETF, Smart beta, gestion active et alternative.

Chacun de ces outils présente des avantages spécifiques et l’enjeu consiste désormais à les combiner de façon optimale au sein d’un portefeuille. La comparaison entre les performances historiques des fonds actifs et leurs indices de référence peut orienter les investisseurs qui cherchent à optimiser leur allocation entre gestion active et passive.

Quelle allocation optimale pour les portefeuilles ?

Notre étude de 2018 révèle que sur une période de 10 ans, 34% des fonds actifs en moyenne ont surperformé leur indice de référence chaque année. Sur la base de ces résultats, nous estimons qu'une allocation optimale devrait comprendre 30 à 40% de fonds actifs et 60 à 70% de fonds passifs traditionnels ou de stratégies smart beta.

La poche passive (qu'il s'agisse d'ETF traditionnels ou de stratégies smart beta) peut être utilisée pour :

  • renforcer la diversification ;
  • exploiter les primes de marché de façon plus efficace ;
  • améliorer la précision des allocations ;
  • gérer la liquidité ;
  • optimiser la gestion des facteurs de risque.

Dans l’idéal, la poche active devrait comprendre une sélection de gérants actifs ayant prouvé leur capacité à générer de l'alpha (gérants alternatifs ou spécialistes de la sélection de titres de niche) afin d’apporter une diversification supérieure au portefeuille.

Pour retrouver les résultats de l’étude en détail, rendez-vous sur le site de Lyxor ETF 

Retrouvez toute l'actualité d'Investissements & ETF

La rédaction a choisi pour vous

Pit Hentgen et François Pauly sous le feu des projecteurs.

15 Août 2018

Coup d’œil sur les petites histoires qui jalonnent les sagas des grandes familles entrepreneuriales du pays présentées dans l’ouvrage «Histoires de Familles». Aujourd’hui, l’histoire de la famille Hentgen, largement impliquée depuis trois générations dans le développement de la compagnie d’assurances La Luxembourgeoise.

Le siège historique de la Credem, dans la ville de Reggio d’Émilie, en Italie.

14 Août 2018

La succursale luxembourgeoise du groupe bancaire italien a entamé un plan social en vue de fermer son activité. Les négociations sont toutefois tendues, et les syndicats viennent de saisir l’Office national de conciliation (ONC).

14 Août 2018

Les résultats du secteur de l’assurance sont en forte baisse au cours du deuxième trimestre par rapport à la même période de 2017. L’assurance non-vie continue à grandir sous l’effet du Brexit.