ABLV Luxembourg bientôt fixée sur son sort

09 Octobre 2018 Par Jean-Michel Hennebert
Ce mardi 9 octobre marque la fin officielle de la période de protection décidée début septembre par le tribunal de commerce. La vingtaine de salariés de la structure luxembourgeoise sera fixée sur son sort.
(Photo: ABLV Bank Luxembourg)

Alors que la période de protection accordée début septembre par le tribunal de commerce touche à sa fin, l’incertitude reste de mise. Aucune indication sur le sort de la vingtaine de salariés de la structure n’a filtré à ce jour.

À quelques heures du prononcé du tribunal de commerce, l’avenir d’ABLV Luxembourg s’annonce sombre. Car si la prolongation de la période de protection décidée par les juges luxembourgeois début septembre prend fin officiellement ce mardi, aucun indice laissant à penser qu’un repreneur a été trouvé n’est évoqué. Ou du moins, cette information d’ordre stratégique est jalousement gardée secrète. Aussi bien du côté d’Alain Rukavina et Eric Collard, les deux curateurs, que du côté de la filiale luxembourgeoise.

Mise en œuvre pour faciliter «les négociations avec les investisseurs», cette prolongation visait à permettre la reprise d’ABLV Bank Luxembourg, juridiquement indépendante de sa maison mère lettone. Cette dernière, soupçonnée de «blanchiment d’argent» et déclarée en faillite par la Banque centrale européenne (BCE), a cessé ses activités en mars dernier. Située au 26A, boulevard Royal, la structure luxembourgeoise emploie actuellement une vingtaine de salariés.

Ce dossier avait également pris un tour politique au travers des questions posées par Laurent Mosar (CSV) en commission des finances, fin juillet. L’avocat d’affaires s’était alors interrogé sur la procédure lancée par la CSSF, en réaction à la décision de la BCE, qui aurait eu pour effet d’«empêcher la banque de chercher des repreneurs». Selon Pierre Gramegna (DP), ministre des Finances, le gendarme de la Place avait simplement joué son rôle, respectant le droit européen et le droit luxembourgeois.

La rédaction a choisi pour vous

11 Octobre 2018

Selon la Commission de surveillance du secteur financier, le résultat avant provisions du secteur bancaire pour le premier semestre 2018 s’élève à 2.936 millions d’euros. Sur un an, la performance baisse de 3%. La CSSF pointe comme principales causes «l’augmentation continue des frais généraux» (+6,3%) et la réduction significative des autres revenus nets (-26,3%). À noter que les activités «bancaires principales telles que l’intermédiation bancaire et les métiers liés à la gestion d’actifs» ont permis d’atténuer la baisse.

La nouvelle échéance décidée par le tribunal de commerce a été fixée au 7 février 2019.

10 Octobre 2018

Le tribunal de commerce a décidé mercredi de prolonger le sursis accordé à l’ex-filiale de la banque lettone. L’institution, qui emploie une vingtaine de personnes au Luxembourg, a jusqu’au 7 février pour trouver un repreneur.