1.700 euros par an pour se vêtir et se chausser

04 Janvier 2018 Par Frédéric Antzorn
Statistiques
Parmi l’ensemble des résidents de l’Union européenne, les Luxembourgeois sont les plus dépensiers en vêtements et en chaussures, indique Eurostat.
(Photo: Sven Becker / Archives)

Les résidents luxembourgeois dépensent en vêtements et en chaussures plus du double de la moyenne de l’ensemble des Européens, révèle une enquête d’Eurostat.

Une enquête publiée cette semaine par Eurostat indique que les Luxembourgeois sont, parmi tous les résidents de l’Union européenne, ceux qui dépensent le plus pour se vêtir et se chausser.

À raison de 1.700 euros par an en moyenne pour l’année 2016, ils devancent notamment les Autrichiens et les Britanniques (1.300 euros chacun), les Italiens (1.100 euros) ou encore les Danois, les Allemands et les Finlandais (900 euros chacun).

Les Belges dépensent quant à eux 800 euros en moyenne pour s’habiller et se chausser, ce qui vaut pour la moyenne de l’ensemble des Européens, et les Français 700 euros.

Davantage que pour la santé

En queue de classement figurent les Bulgares, qui ne consacrent que 100 euros par an en vêtements et en chaussures.

Selon Eurostat, les Européens dans leur ensemble ont consacré en 2016 quelque 4,9% de leurs dépenses de consommation (5,6% pour les Luxembourgeois) pour se vêtir ou se chausser, soit un total de 395,4 milliards d’euros équivalant à 2,7% du PIB européen.

L’institut statistique ajoute que cette somme est «légèrement plus importante» à celle qu’ils consacrent à leur santé.

La rédaction a choisi pour vous

Sécurité

22 Août 2017

Si le Luxembourg n’a consacré en 2015 qu’un seul pourcent de son PIB à sa sécurité et son ordre public, les 512 millions d’euros dépensés en font – répartis par habitant – l’État membre qui a le plus investi pour ce poste.

06:00

C’est, en pourcentage, la part consacrée au logement dans le budget total d’une famille avec deux enfants au Luxembourg qui possède un niveau de vie décent, soit un revenu net de 4.079 euros. L’alimentation arrive en deuxième position, avec 23% du budget. Ces chiffres ont été diffusés par le Statec dans le cadre de la publication de son rapport «Travail et cohésion sociale au Luxembourg». Le seuil de pauvreté pour un tel ménage se situe à quelques dizaines d’euros, à 3.786 euros nets.