1.500 vélos vendus grâce à la réforme fiscale

14 Août 2018 Par Jonas Mercier
L’abattement mobilité durable introduit par le gouvernement concerne également l’achat d’une voiture électrique neuve.
L’abattement mobilité durable introduit par le gouvernement concerne également l’achat d’une voiture électrique neuve.
(Photo: Matic Zorman / archives)

Plus d’un millier de résidents ont bénéficié de l’Abattement pour mobilité durable de 300 euros pour s’acheter un vélo avec ou sans assistance électrique l’année dernière. Introduit en janvier 2017, lors de la réforme fiscale, cette mesure fera l’objet d’une analyse plus approfondie dans les mois à venir.

Mis en place dans le cadre de la réforme fiscale de 2017, l’Abattement pour mobilité durable (AMD) est l’un des outils par lesquels le gouvernement entend accélérer le changement d’habitudes des résidents en termes de déplacement. Celui-ci prévoit une déduction d’impôt de 5.000 euros pour l’achat d’un véhicule 100% électrique, et de 300 euros pour celui d’un vélo, qu’il s’agisse d’un modèle classique ou équipé d’un système d’assistance au pédalage.

En réponse à une question parlementaire, les ministres des Finances et du Développement durable, Pierre Gramegna et François Bausch, ont précisé mardi que 1.523 abattements pour l’achat d’un vélo ou d’un «pedelec» avaient été accordés en 2017. Soit un coût total de 456.900 euros pour l’État.

Une fois tous les cinq ans

«Il s’agit de premiers résultats encourageants en vue de l’objectif recherché par la réforme fiscale d’une mobilité plus active et plus durable», se félicitent les deux hommes. Avant de préciser qu’une évaluation définitive de l’Abattement pour mobilité durable ne pourra pas être fournie dans l’immédiat, du fait que «le traitement des dossiers pour l’année d’imposition 2017 n’est pas clôturé».

À noter que ces abattements concernent tous les contribuables, mais ne peuvent être obtenus qu’une fois par personne pour une période de cinq ans.

La rédaction a choisi pour vous

À partir de début 2019, les messages, images ou vidéos postés sur les réseaux sociaux par les contribuables français pourront alimenter les bases de données du fisc.

12 Novembre 2018

À partir de début 2019, les administrations fiscales françaises mèneront une expérimentation destinée à vérifier que le niveau de vie affiché en ligne correspond aux revenus réels des contribuables. Une idée qui n’est pas d’actualité, pour le moment, au Luxembourg.