17 Septembre 2010

Depuis le 1er septembre, le comité de direction de l’Entreprise des P&T compte un cinquième membre: Marc Rosenfeld, le directeur de l’opérateur LuxGSM. Il rejoint Marcel Gross (le président), Jos Glod (le vice-président), Jean-Marie Spaus (directeur de la division télécoms des P&T) et Paul Peckels (directeur de la division des Postes). L’information doit encore être entérinée par le conseil de gouvernement, ce qui ne saurait tarder.

17 Septembre 2010

L’Association Progrès pour le Management (APM), présente au Luxembourg via cinq clubs, est un lieu de rencontres et de débats, avec des intervenants experts, pour faire progresser les entreprises dans un esprit de compétences et de convivialité.

17 Septembre 2010

Marc Niederkorn, managing partner de McKinsey&Company, est de ces hommes pondérés et structurés, qui apportent une vision on ne peut plus claire du secteur. Les signes encourageants côtoient les mises en garde, dans une perspective qui doit, comme le prônait le précurseur de la profession, toujours tendre vers l’excellence.

17 Septembre 2010

Monsieur Goedert, le marché automobile est un marché difficile: beaucoup de concurrence, des constructeurs en difficulté. Comment définit-on la stratégie d’un concessionnaire dans un tel secteur?

«Un concessionnaire est un commerçant… Et comme tout commerçant, nous n’avons que peu d’impact, si ce n’est aucun, sur les produits que nous vendons. Nous devons choisir des marques dont le potentiel émotionnel est suffisamment fort, en plus de leurs autres qualités, pour réussir à les vendre.

17 Septembre 2010

Finie l’appréhension du management par le petit bout de la lorgnette. Place aux méthodes
qui permettent de considérer les problèmes des entreprises de manière globale!

17 Septembre 2010

Les entrepreneurs qui ont passé le cap de la pérennité de leur entreprise peuvent rapidement
se trouver confrontés à une autre problématique: celle de la bonne gestion de la croissance.
Car un développement mal maîtrisé peut aussi être fatal…

17 Septembre 2010

Isabelle Saint-Antoine, cofondatrice en 2009 de la société prestataire de services dans la réduction des coûts liés à l’utilisation de matériaux résistant aux hautes températures, fait état de chiffres conformes aux objectifs du business plan après un an d’activité. Il faut dorénavant pérenniser…

17 Septembre 2010

La carrière de Carlo Schlesser est indissociable de la société SGG. Portée sur les fonts baptismaux en 1998, elle fait l’objet d’un management by out (MBO) en 2002 avant d’être vendue au groupe Oppenheim en 2005. La direction décide d’un second MBO en mars 2010 dans un contexte de crise très nettement édulcoré dans ce secteur de la domiciliation. Effectivement, hormis le private equity qui a subi momentanément les effets de cette crise, les deux autres piliers de la clientèle que sont le corporate et le private sont restés dynamiques.

17 Septembre 2010

Attention, la législation sur la concurrence entre dans une nouvelle époque… celle de la jurisprudence. Affaire à suivre, et bonnes pratiques à respecter.

17 Septembre 2010

La propriété intellectuelle est un bien précieux qui doit être utilisé de manière active par les entreprises, à leur plus grand profit.

17 Septembre 2010

«Lorsqu’on lance une entreprise, la première question que l’on se pose n’est pas de savoir si on va avoir
du succès, mais de savoir comment on va faire vivre cette entreprise.
Il y a 17 ans, là où je travaillais alors, j’avais une idée de concept d’industrialisation des processus de communication des banques et institutions financières. J’ai préparé tout un business plan, mais l’entreprise a refusé ce projet qui, à son sens, ne répondait pas à son business. J’ai estimé qu’il était dommage de rater une telle opportunité et j’ai donc fait le tour

17 Septembre 2010

«Dans la vie, des opportunités se présentent, qu’il faut savoir saisir.
Ça, c’est le facteur chance. D’un autre côté, si on veut faire tourner un business, il faut que le business model tienne la route. Dans mon cas, c’était assez facile puisque le business était existant. Ensuite, un facteur déterminant de réussite est aussi de s’entourer de gens compétents, et de constituer une base de clients solides, solvables, fidèles, avoir des fournisseurs compétitifs et à la pointe
du progrès. Avec des perspectives de pérennité et... un bon banquier.

17 Septembre 2010

«Je voudrais avant tout dire que l’on n’a jamais réussi lorsqu’on a une entreprise, car c’est un défi au quotidien et la crise a montré que des entreprises saines et bien gérées peuvent culbuter. Rien n’est jamais acquis.

17 Septembre 2010

«Il y a des éléments de réponse qui ont trait à la personnalité du dirigeant et d’autres qui concernent la gestion de l’entreprise. Bien sûr, les deux sont étroitement interconnectés. Sans dirigeant, il n’y a pas d’entreprise, mais sans entreprise, il n’y a pas non plus de dirigeant.

17 Septembre 2010

«Pour connaître le succès, je pense qu’il faut avant tout travailler, être engagé dans son entreprise tout en regardant ce qui se passe à l’extérieur. Pour ma part, j’ai grandi avec mes clients et je dois notamment mon succès à un élément: jamais nous n’avons refusé un client. De la personne âgée qui doit faire face à une fuite d’eau aux grands chantiers, nous avons toujours répondu présent et servi le client avec la même attention. Du reste, le dévouement à la tâche et le fait d’être au plus près des attentes des clients sont deux éléments indispensables.

Pages