Un nouvel accord de travail pour les salariés du List

18 Octobre 2018
Deux ans après son premier accord collectif de travail, le Luxembourg Institute of Science and Technology (List) vient d’en signer un nouveau pour une durée de 3 ans.
Deux ans après son premier accord collectif de travail, le Luxembourg Institute of Science and Technology (List) vient d’en signer un nouveau pour une durée de 3 ans.
(Photo: List)

Deux ans après son premier accord collectif de travail, le Luxembourg Institute of Science and Technology (List) vient d’en signer un nouveau pour une durée de 3 ans.

Le Luxembourg Institute of Science and Technology (List), représenté par deux membres de son conseil d’administration, et les syndicats «Onofhängege Gewerkschaftsbond Lëtzebuerg» (OGBL) et «Lëtzebuerger Chrëschtleche Gewerkschftsbond» (LCGB) ont signé ce matin un nouvel Accord Collectif de Travail en présence de la commission patronale de et du directeur général du List.

Valable pour une durée de trois ans, du 1er janvier 2018 au 31 décembre 2020, l’accord inclut de nouveaux articles portant sur le temps partiel, le congé sans solde, le congé scientifique, la reprise d’études doctorales ou de master, les mesures en faveur des salarié(e)s âgé(e)s, le télétravail. Il détaille également les modalités d’augmentation salariale pour les trois prochaines années, avec effet rétroactif au 1er janvier 2018.

Représentant l’aboutissement de longs mois de négociations, cet accord concrétise de nouvelles avancées pour le List et ses salariés.

La rédaction a choisi pour vous

Pour Patrick Dury, président du LCGB, «la digitalisation va occuper la plupart des débats au cours des prochaines années».

13 Novembre 2018

Désireux de «répondre aux mutations du travail 4.0», le syndicat a dévoilé, mardi, cinq axes de réflexion voués à «renforcer les droits des salariés». Avec, pour ambition, d’anticiper des transformations qui impacteront «la future cohésion sociale» de la société.

13 Novembre 2018

Le Premier ministre a annoncé, mardi, un important renforcement des infrastructures réseau du pays et la création d’un centre de filtrage des attaques par déni de service, aussi appelées DDoS. Le GIE Lu-Cix sera en charge de cette nouvelle mission, en collaboration avec le Haut-Commissariat à la protection nationale.

Theresa May

13 Novembre 2018

Dans un discours prononcé lundi, la Première ministre britannique assure que les négociateurs «travaillent extrêmement dur» pour finaliser le divorce entre Royaume-Uni et Union européenne. Plus tôt, Michel Barnier avait parlé de «paramètres (...) très largement définis».