Solide performance pour OneLife en 2017

12 Juin 2018
Antonio Corpas, Chief Executive Officer, déclare: «Les investissements significatifs réalisés au cours des dernières années dans tous les domaines de notre activité commencent à porter leurs fruits.»
(Photo: Onelife / Archives)

The OneLife Company S.A. (OneLife) et sa société mère The OneLife Holding Sàrl ont publié leur rapport et leurs comptes annuels, qui ont confirmé les avancées significatives accomplies en 2017.

En termes de performance financière, OneLife a collecté 506 millions EUR de primes sur les nouveaux contrats (+40% par rapport à 2016), portant le total des actifs sous gestion du groupe à 5,2 milliards EUR.

La groupe a enregistré un bénéfice de 5,9 millions EUR en 2017 (+34% par rapport à 2016).

Enfin, tout au long de l’année 2017, OneLife a maintenu un niveau de fonds propres en ligne avec sa politique de gestion des fonds propres et largement supérieurs aux exigences réglementaires. Au 31 décembre 2017, le ratio de solvabilité II du groupe s’élève à 163%.

Cédric Lootvoet, Chief Financial Officer, déclare: «Nous sommes extrêmement satisfaits de constater l’évolution positive de tous les indicateurs financiers en 2017, notamment la progression des primes, la hausse du bénéfice net, la consolidation de la solvabilité, la plus grande diversification des investissements du groupe et un rendement supérieur aux seuils de référence du Luxembourg. Ces résultats, nous les devons à l’implication exceptionnelle de nos équipes, qui ont réussi à transformer le groupe, tout en améliorant sa performance!»

Cette performance est le fruit d’une stratégie déployée en 2016 et axée autour du développement produits, l’acquisition de talents, la diversification géographique et la transformation digitale.

 OneLife a fortement étendu sa gamme de produits existante, afin de répondre aux besoins de ses partenaires et de leurs clients. Dans cette optique, les contrats Wealth (assurance-vie), Capitalisation et Pension ont été développés sur presque tous les marchés clés.

− Conscient des évolutions constantes de la réglementation et des besoins sophistiqués des clients fortunés à la recherche de solutions fiables et sur mesure, OneLife a renforcé son équipe en pourvoyant un certain nombre de postes clés au sein de ses départements Sales, Structuration patrimoniale, Actifs non traditionnels et Service Clients.

− En plus de réaffirmer sa position de leader sur le marché belge – et grâce à de nouveaux produits et à une équipe d’experts, le Groupe a également élargi sa présence sur d’autres marchés clés, notamment la France, le Luxembourg et les pays nordiques, avec un développement déjà bien avancé au Royaume-Uni ainsi que dans ses régions les plus récentes: la péninsule ibérique et l’Amérique latine.

− Tout en procédant à la consolidation de ses systèmes informatiques, OneLife a déployé un certain nombre d’initiatives digitales clés, afin d’améliorer l’expérience client, notamment l’application OneLife OneApp pour l’ensemble de ses partenaires et clients sur ses marchés clés ainsi que l’introduction sur les marchés français et belge de services B2B d’échange et d’agrégation de données.

 Antonio Corpas, Chief Executive Officer, déclare: «Les investissements significatifs réalisés au cours des dernières années dans tous les domaines de notre activité commencent à porter leurs fruits, ce qui nous a permis d’enregistrer une solide performance financière en 2017. Nous sommes à présent en bonne position pour réaliser nos ambitions et continuer de servir les intérêts de nos partenaires et de nos clients, en améliorant l’expérience client et en conjuguant au mieux nos capacités digitales et notre expertise humaine».

La rédaction a choisi pour vous

Christian Strasser, directeur général de Lalux, et Yohann Niddam, managing partner chez Périclès Luxembourg.

20 Septembre 2018

C’est la question que Paperjam a posée à Christian Strasser, directeur général de Lalux, et Yohann Niddam, managing partner chez Périclès Luxembourg dans le cadre de notre rubrique «Opinion» de l’édition de septembre/octobre de notre magazine. Réponses.