Rapport du comité de conjoncture du 29 mai 2018

29 Mai 2018
La prochaine réunion du Comité de conjoncture est fixée au mardi 26 juin 2018.
(Photo: paperJam / Archives)

Présidé par la secrétaire d’État à l’Économie, Francine Closener, le Comité de conjoncture a analysé en date du 29 mai 2018 la situation du marché du travail du mois d’avril 2018 et la situation conjoncturelle nationale.

Pour le mois de juin 2018, le nombre de demandes introduites en matière de chômage partiel a diminué d’une unité par rapport au mois précédent. Au total, 9 entreprises ont introduit une demande d’octroi de chômage partiel afin de pouvoir bénéficier des dispositions de cette mesure au cours du mois prochain. Après analyse des dossiers soumis, le Comité de conjoncture a statué favorablement sur ces 9 demandes, la décision finale de l’attribution de ce soutien aux entreprises temporairement confrontées à une situation conjoncturelle difficile, incombant au Conseil de gouvernement. Dans les entreprises concernées, il est attendu que sur un effectif total de 722 personnes, 426 salariés travaillent à horaire réduit. Les dépenses à charge du Fonds pour l’emploi pour le mois de juin 2018 sont de 650.000 euros au cas où l’ensemble des entreprises concernées profiterait pleinement des régimes de chômage partiel accordés.

En outre, le Comité de conjoncture a émis des avis positifs en relation avec 2 demandes d’exemption fiscale d’indemnités bénévoles de licenciement en application de l’article 115 (10) L.I.R. portant sur l’éligibilité de 131 personnes dans les entreprises concernées.

La prochaine réunion du Comité de conjoncture est fixée au mardi 26 juin 2018.

La rédaction a choisi pour vous

13 Décembre 2018

En 2019, la zone euro devrait poursuivre son lent repli avec une croissance de 1,5%, estime la banque suisse Edmond de Rothschild. Elle risque de payer les pots cassés de la guerre commerciale sino-américaine.

Les nouvelles technologies ont rapidement transformé les manières de travailler.

13 Décembre 2018

Dans la dernière livraison de sa newsletter Better Work, la Chambre des salariés du Luxembourg (CSL) publie une étude sur le profil des utilisateurs réguliers des TIC et l’impact des nouvelles technologies sur le bien-être au travail. Concilier les deux n’est pas toujours simple.