Pierre Gramegna à la session de printemps du FMI et de la Banque mondiale

24 Avril 2018
(Photo: SIP)

Pierre Gramegna s’est rendu à Washington du 19 au 21 avril 2018, pour participer aux réunions de printemps du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale. Chaque année, ces réunions sont l’occasion de réunir des acteurs d’horizons divers - dirigeants du secteur public (banques centrales, ministères des Finances et du Développement) et du secteur privé, experts issus des milieux universitaires - autour des grands dossiers mondiaux : conjoncture économique mondiale, stabilité financière, lutte contre la pauvreté, développement économique, efficacité de l’aide, etc.

Ainsi, Pierre Gramegna a participé en date du 19 avril 2018 à un séminaire organisé conjointement par la Banque européenne d'investissement et la Fondation Bertelsmann sous le thème « Tackling the root causes of migration: Europe‘s strategy for economic resilience ». Dans son discours, Pierre Gramegna a exposé l’importance d’une politique de développement bien ciblée pour offrir des opportunités économiques aux jeunes des pays dont sont originaires la majorité des migrants. Par ailleurs, il a souligné le besoin d’une bonne collaboration entre les secteurs public et privé, ainsi que de la mise à disposition au niveau européen des moyens financiers appropriés pour gérer les flux migratoires. A ce sujet, le ministre a mis en exergue le rôle de la Banque européenne d'investissement, au travers notamment de son programme de résilience économique.

Le ministre a également signé un nouvel accord de partenariat dans le domaine de l’assistance technique avec la Société financière internationale (SFI) du Groupe Banque mondiale. L’accord actuel sera ainsi reconduit pour une nouvelle période de quatre ans (2019-2022), pour un montant total de 7 millions d’euros. La démarche de la SFI repose sur le constat qu’une croissance économique solidement établie est essentielle à la réduction durable de la pauvreté. La SFI investit ainsi dans les pays en voie de développement dans des projets profitables sur le plan économique, respectant les principes environnementaux et sociaux. Le Luxembourg est un des plus généreux contributeurs aux services de conseil de la SFI.

Pierre Gramegna indique: « La SFI applique une stratégie innovante et proactive, axée sur le partenariat public-privé et la réduction des risques pour les investisseurs. Le Luxembourg soutient cette approche, qui vise à renforcer le secteur privé pour lui permettre de générer des revenus et créer un marché là, où il fait défaut. »

Par ailleurs, l’ambassade du Luxembourg à Washington a accueilli en date du 19 avril 2018 un dîner réunissant les dirigeants des banques multilatérales actives dans le domaine du développement. Le ministre Pierre Gramegna et l’ambassadeur Sylvie Lucas y ont notamment reçu le CEO de la Banque mondiale Kristalina Georgieva, le président de la Banque européenne d’investissement Werner Hoyer, le président de la Banque asiatique de développement Takehiko Nakao, le gouverneur de la Banque de développement du Conseil de l’Europe Rolf Wenzel, le vice-président de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement Pierre Heilbronn, le vice-président de la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures Joachim von Amsberg et le vice-président de la Nouvelle banque de développement Leslie Maasdrop.

Pierre Gramegna commente : « Je me réjouis du succès de cette initiative, que j’ai lancée il y a quatre ans. Le désormais traditionnel dîner des banques de développement à l’ambassade du Luxembourg est une occasion unique pour les dirigeants de ces institutions de discuter des sujets transversaux qui les occupent. Il souligne le rôle du Luxembourg comme constructeur de ponts au niveau international et de pays modèle en matière d’aide publique au développement.»  

En marge des réunions plénières, le ministre a en outre eu des entrevues bilatérales avec certains de ses homologues, dont le ministre français de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire, ainsi qu’avec des hauts responsables du FMI et de la Banque mondiale.

Le ministre des Finances a ainsi eu des entrevues avec Anthony De Lannoy, directeur exécutif du FMI et Frans Godts, directeur exécutif de la Banque mondiale, pour un tour d’horizon des sujets d’actualité concernant ces institutions. Avec Frans Godts, Pierre Gramegna a évoqué notamment la question de l’augmentation de capital de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD), faisant partie du Groupe Banque mondiale, et l’a assuré du soutien du Luxembourg dans ce dossier. La part du Luxembourg augmentera de 0,12 à 0,13% du capital, pour un coût de 7 millions d’euros sur 5 ans. En ligne avec la politique luxembourgeoise d’aide au développement, le ministère des Finances contribue ainsi au renforcement d’un des acteurs phares dans ce secteur au niveau international.

Pierre Gramegna a également eu une réunion avec Ross Leckow du département juridique du FMI, en charge des questions liées à la Fintech, pour discuter de la réglementation des monnaies virtuelles et de la taxation de l’économie digitale. Il a par ailleurs eu une entrevue avec Vitor Gaspar, directeur des affaires fiscales du FMI, pour évoquer la situation financière du Luxembourg et son système fiscal.

Enfin, sur invitation de Christine Lagarde, directrice générale du FMI, Pierre Gramegna a participé à un dîner de travail, dédié aux défis mondiaux et régionaux en matière de commerce et de fiscalité.

La rédaction a choisi pour vous

06:00

Après les intempéries dévastatrices qu’a connu le Luxembourg, et particulièrement le Mullerthal, près de 30 entreprises ont déjà contacté le ministère de l’Économie pour profiter des mesures d’aides mises en place. Elles ont jusqu’à présent déclaré un total de 4,6 millions d’euros de dommages subis. Parmi les entreprises touchées, trois font état de dégâts qui sont dans chaque cas supérieurs à un million d’euros suite aux inondations. De premières aides pour un montant total de 558.000 euros ont d’ores et déjà été débloquées en faveur de six entreprises concernées.

Patrick Hoffnung, directeur de l’ECCL et président du Cluster Mice, a présenté mercredi le nouveau concept du Convention park Luxembourg.

20 Juin 2018

Le secteur du tourisme d’affaires (Mice) n’a pas encore atteint son potentiel. Tous les acteurs de la Place de l’Europe se sont réunis pour offrir un nouveau concept, sous la bannière du «Convention Park Luxembourg».