Deloitte crée un centre d’excellence d’«asset servicing»

05 Décembre 2017
Benjamin Collette
Benjamin Collette: «Face à l’avancée des technologies de rupture, les prestataires d’«asset servicing» doivent opérer une mutation en profondeur et placer la technologie au premier plan de leurs réflexions stratégiques.»
(Photo: Deloitte)

Deloitte a le plaisir d’annoncer la création d’un centre d’excellence conjoint en matière d’«asset servicing» pour la région EMOA (EMEA Financial Services Asset Servicing Centre of Excellence), basé en Irlande et au Luxembourg.

Le marché européen de la gestion d’actifs a enregistré une forte croissance ces dernières années. À l’heure où la distribution transfrontalière rencontre un succès croissant et où les investisseurs privilégient nettement la diversification de marché, les gestionnaires d’actifs se tournent de plus en plus vers des plateformes et des modèles opérationnels internationaux afin de répondre aux opportunités et aux défis d’une économie mondiale. L’évolution de la réglementation ainsi que les technologies de rupture, telles que la blockchain et l’automatisation des processus par la robotique, ajoutent en outre à la complexité de l’industrie de la gestion d’investissement et s’accompagnent d’enjeux accrus pour les asset servicers.

Ces tendances poussent les gestionnaires d’actifs à externaliser davantage leurs activités non stratégiques afin de mieux gérer leurs coûts et de se concentrer sur la gestion d’actifs de base. Ces tendances de marché ont conduit Deloitte à établir son centre d’excellence, qui lui permet d’aider les asset servicers à réaliser des gains d’efficacité grâce à la définition, l’analyse et l’implémentation de technologies de rupture innovantes. L’équipe partage également sa connaissance des tendances de distribution et des exigences réglementaires et de marché locales, et a soutenu nombre d’acteurs dans le cadre de la migration de leurs activités de gestion de projets et d’asset servicing. 

«Le Luxembourg et l’Irlande possèdent tous deux des pôles de services financiers très actifs et offrent un environnement favorable aux asset servicers. Les gestionnaires d’actifs externalisent de plus en plus leurs activités non stratégiques aux asset servicers afin d’optimiser leurs processus et de mieux gérer leurs coûts. Notre centre d’excellence conjoint en Irlande et au Luxembourg nous permettra de consolider notre expertise en la matière en vue d’apporter un meilleur soutien au secteur de l’asset servicing et d’aider ses acteurs à adapter leur modèle d’entreprise à la réalité actuelle», explique David Dalton, Partner chez Deloitte Ireland et Responsable du centre d’excellence dédié à l’asset servicing en Irlande. 

La tendance croissante à l’externalisation des activités représente à la fois des opportunités et des défis pour les asset servicers, dès lors que bon nombre d’entreprises devront faire évoluer leur modèle commercial et leur plateforme informatique afin d’enrichir leur offre de services sur l’ensemble de la chaîne de valeur de la gestion d’actifs. Les asset servicers proposent des solutions opérationnelles au niveau des activités de middle et back office (comptabilité de fonds, reporting, traitement des transactions, rapprochement, etc.). La concurrence est rude et la complexité des structures de fonds, conjuguée aux nouvelles infrastructures de marché, exerce une pression accrue sur les coûts. C’est dans ce contexte que Deloitte a décidé de remettre les asset servicers sur le devant de la scène.

Technologies de rupture

Les ruptures technologiques observées dans le secteur de l’asset servicing s’accompagnent de nouveaux niveaux d’optimisation et de gains d’efficacité. La technologie financière (FinTech) ainsi que les solutions numériques telles que la blockchain, la technologie réglementaire (RegTech), l’automatisation des processus par la robotique et la technologie cognitive bouleversent actuellement le mode opératoire des asset servicers.

«Face à l’avancée des technologies de rupture, les prestataires d’asset servicing doivent opérer une mutation en profondeur et placer la technologie au premier plan de leurs réflexions stratégiques. Nous pouvons nous attendre à un certain degré de désintermédiation et à la création de postes qui n’existent actuellement pas au sein de l’asset servicing», explique Benjamin Collette, Partner et Responsable du centre d’excellence dédié à l’asset servicing au Luxembourg.

Forte de plus de 100 professionnels aguerris basés à Dublin et à Luxembourg, l’équipe offre des services d’asset servicing structurés et soutient les clients de la région EMOA dans des domaines aussi variés que le benchmarking financier et opérationnel, la productivité du capital, la rentabilité des clients et des services, la stratégie et l’innovation numériques, la conception et la transformation des modèles opérationnels, les produits traditionnels et alternatifs ou encore l’automatisation des processus.

La rédaction a choisi pour vous

Face à une concurrence de plus en plus accrue entre les pays, voire les villes, les sommes qui peuvent être débloquées par le Digital Tech Fund sont trop faibles pour attirer des start-up étrangères à fort potentiel, estiment les dirigeants d’Expon Capital.

19 Septembre 2018

Deux ans après son lancement, le fonds d’amorçage public-privé affiche quatre jeunes pousses à son tableau de chasse. Mais il faudra augmenter son enveloppe pour espérer attirer au Luxembourg des start-up de plus grande envergure, prévient Expon Capital, la société de capital-risque en charge de sa gestion.

Denise Voss

17 Septembre 2018

L’Alfi a fait part de ses préoccupations concernant l’industrie des fonds d’investissement aux futurs dirigeants. Elle aimerait notamment une réforme de la taxe d’abonnement qui assure un milliard d’euros de rentrées à l’État.

11 Septembre 2018

La société Kneip a un nouveau CEO. Neil Ward prend la place de Lee Godfrey, qui est désormais en charge de l’implémentation de la stratégie digitale dans la société en tant que chief corporate development officer (CCDO).