Article 41: L’ABBL et l’Alfi soutiennent la réforme proposée par le gouvernement

07 Avril 2017 Par ABBL et Alfi

(Photo: Pixabay)

Le projet de loi 7024 modifiera l’article 41 de la loi du 5 avril 1993 relative au secteur financier et assouplira le secret professionnel afin de faciliter l’externalisation de services dans le secteur financier à l’intérieur d’un même groupe ou vers des prestataires externes. L’ABBL et l’Alfi sont d’avis que cet assouplissement permettra de moderniser le cadre légal en matière de secret professionnel en l’adaptant à l’ère de la digitalisation, d’accompagner le développement de nouvelles activités en matière de fintech et encouragera ainsi des banques et d’autres nouveaux prestataires de services du monde financier à venir s’installer au Grand-Duché.

En effet, la révision de l’article 41 contribuera à l’évolution de la place financière en créant des opportunités pour les acteurs sur place et un lieu attractif pour les opérateurs à la recherche d’une nouvelle plateforme pour la distribution de leurs services en Europe. Cette révision permettra de répondre aux nécessités d’échange d’information, notamment entre les centres de compétences d’un même groupe, de supprimer des barrières technologiques et de réduire certains coûts induits par l’évolution réglementaire.

Pour toutes ces raisons, l’ABBL et l’Alfi, conscients des enjeux liés à cet assouplissement, soutiennent la réforme proposée, afin d’assurer l’avenir et la pérennité des activités et des acteurs de notre place financière et de rendre la place attractive pour de nouveaux acteurs.

La rédaction a choisi pour vous

dexia ABBL

17:34

Deux jours après la recommandation de l’ABBL aux banques de ne pas verser la prime de conjoncture, plusieurs centaines de salariés de l’établissement bancaire implanté à Esch-Belval ont manifesté mercredi. Une action «spontanée» soutenue par l’intersyndical.

ABBL

23 Mai 2017

24h après que l’organisation patronale a recommandé de ne pas verser la prime de juin, l’intersyndicale dresse un bilan de l’état des négociations en cours autour de la future convention collective bancaire. Et dénonce les positions «dogmatiques».