40 ans pour la Cour des comptes européenne

13 Octobre 2017
Cour des comptes 40 ans
Parmi les principaux intervenants figuraient Antonio Tajani, Kersti Kaljulaid, Jean-Claude Juncker, Leurs Altesses Royales le Grand-Duc et la Grande-Duchesse de Luxembourg, Xavier Bettel, et d’autres hauts représentants de l’État luxembourgeois.
(Photo: Cour des comptes européenne)

La Cour des comptes européenne, la gardienne des finances de l’UE basée à Luxembourg, fête aujourd’hui son 40e anniversaire.

«Il y a quarante ans, en octobre 1977, les neuf premiers membres de la Cour prenaient leurs quartiers dans la rue Aldringen, en centre-ville. Ils durent démarrer pour ainsi dire de zéro et s’attaquer à de nombreuses questions, allant des travaux d’audit au recrutement du personnel», a déclaré le président de la Cour, M. Klaus-Heiner Lehne, lors de l’événement spécial organisé à cette occasion. «Ce n’est que plus tard que la Cour a été officiellement élevée au rang d’institution de l’UE, telle que nous la connaissons actuellement», a-t-il ajouté.

Cet événement spécial coïncide avec la conférence qui se tient actuellement à la Cour des comptes européenne et qui réunit, au niveau de l’UE, les plus hauts responsables de l’audit. Il a permis à la communauté d’audit, aux dirigeants de l’Union, aux décideurs politiques et aux managers d’échanger leurs vues sur l’avenir des finances de l’UE et sur le rôle des auditeurs pour ce qui est de renforcer la confiance des citoyens dans les institutions européennes et nationales. Parmi les principaux intervenants figuraient M. Antonio Tajani, président du Parlement européen, Mme Kersti Kaljulaid, Présidente de l’Estonie (pays assurant actuellement la présidence du Conseil de l’UE), et M. Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne. L’événement s’est déroulé en présence de Leurs Altesses Royales, le Grand-Duc et la Grande-Duchesse de Luxembourg, ainsi que du Premier ministre du Luxembourg, M. Xavier Bettel, et d’autres hauts représentants de l’État luxembourgeois.

M. Lehne a qualifié l’année 2017 de «tournant pour l’Europe». Il a salué la feuille de route que le président de la Commission, M. Jean-Claude Juncker, a fixée pour l’UE. «C’est une feuille de route ambitieuse», a-t-il déclaré. «Elle s’inscrit dans une perspective à laquelle j’adhère entièrement, car nous nous devons d’être ambitieux. Nous devons avoir davantage confiance en nos propres valeurs et nos capacités.»

M. Lehne a par ailleurs souligné que 2017 était l’année où «plutôt que de laisser sombrer le projet européen, 27 chefs d’État et de gouvernement de l’UE se sont retrouvés à Rome pour réaffirmer leur foi en un avenir commun.»

«Réfléchir aux caractéristiques de l’Union dans laquelle nous voulons vivre est une bonne chose, c’est même essentiel. Douter en permanence ne sert en revanche qu’à ajouter de la confusion et à faire le jeu des populistes», a-t-il renchéri. 

«À la Cour des comptes européenne, nous sommes déterminés à assumer pleinement notre rôle dans une Union européenne qui a repris vigueur», a déclaré M. Lehne à ses invités lors de l’événement spécial, et de préciser: «nous sommes déterminés à veiller à ce que chaque euro dépensé au niveau de l’UE soit clairement synonyme de valeur ajoutée.»

«Nous sommes résolus à rester cette voix indépendante capable d’adresser des compliments lorsque les choses fonctionnent bien, mais également de pointer les déficiences lorsque ce n’est pas le cas», a-t-il conclu.

M. Lehne a également tenu à remercier Son Altesse Royale, le Grand-Duché de Luxembourg et son gouvernement pour les conditions exceptionnelles et le soutien dont les auditeurs bénéficient pour mener à bien leurs travaux quotidiens.

La rédaction a choisi pour vous

Findel

01 Décembre 2017

Le regain de tension au Findel lié à la mise en place d’un dispositif de contrôle supplémentaire est la conséquence de l’application «d’une décision du gouvernement», assure vendredi François Bausch. Et ce, suite à des observations effectuées au niveau européen.