L’innovation au service de la conformité

(Photo: Arendt )

La nouvelle circulaire CSSF 18/698 vise indubitablement à renforcer le cadre réglementaire au sein de l’industrie des fonds d’investissement alternatifs (FIAs), notamment à travers l’existence d’une trame spécifique pour la rédaction de la procédure de gestion des risques (PGR).

À cela s’ajoute la référence explicite au PRIIPs-KID pour chaque FIA, en lien avec les contrôles effectués par le comité de direction du GFI et portant sur l’adéquation de la transparence dans le prospectus entre les politiques générales d’investissement, les stratégies mises en œuvre par chaque FIA et le PRIIPs-KID.

En réponse à ces évolutions réglementaires, Arendt Regulatory & Consulting SA continue d’étoffer sa gamme de services, à travers les missions de conseils prodigués envers les acteurs du marché, la rédaction de PGR et/ou d’autres procédures annexes, ainsi que la mise à disposition d’outils innovants tels que: ARNO (Arendt & Nowina solutions), CAROL (Compliance And Regulatory Oversight onLine) et OPRA (Operational PRIIPs-based Risk Application). Ayant tous pour dénominateur commun la mise en conformité avec les textes légaux en vigueur, ces outils, distincts par leur mode de fonctionnement, répondent à des problématiques de «reporting» et/ou calculatoires.

Concernant le volet calculatoire, les algorithmes utilisés par l’équipe de gestion des risques d’Arendt Regulatory & Consulting, développés en interne et insérés au sein d’OPRA, intègrent des processus stochastiques permettant d’établir des simulations sur la valeur des fonds ainsi que les rentabilités pour les fonds fermés disposant d’un nombre limité de données. À cela s’ajoutent des solutions additionnelles développées au sein d’autres logiciels, et intégrant à titre d’illustration des techniques dites de «boostrapping» pour pallier également des problématiques liées à l’insuffisance de données pour les FIAs ayant une faible fréquence de valorisation de leurs actifs. Ces solutions visent à couvrir un ensemble de stratégies d’investissement mises en place par les FIAs et se distinguent par leur facilité d’utilisation ainsi que leur flexibilité. Concernant ce dernier point, OPRA permet à ces utilisateurs d’appliquer des chocs exogènes sur les paramètres des divers modèles codés en son sein. Ce changement de calibration permet ainsi d’effectuer des tests de résistance, indispensables, lorsque l’on est exposé à des fonds alternatifs fermés tels que les Fonds de «Private Equity», etc. Selon Ismaël Fadiga, Manager chez Arendt Regulatory & Consulting, une des vertus liées à OPRA consiste en la réutilisation des processus stochastiques intégrés au sein des divers algorithmes, permettant de quantifier certains risques inhérents à des stratégies d’investissement tels que le «Funding Risk», «Funding Stress Test», CaFaR (Cash-Flow at Risk), etc.  

En complément et face à la demande croissante des acteurs du marché (contrôleurs de risques, dirigeants, etc.) à l’endroit des solutions de «reporting» gagées sur des mesures de risques innovantes, Arendt Regulatory & Consulting a fait également évoluer son programme de formations en proposant des modules spécifiques en gestion de risques pour les FIAs, qui peuvent satisfaire différents niveaux d’exigence.

La rédaction a choisi pour vous

07:00

Nicolas Demarest, directeur et responsable de la succursale belge de Lombard International Assurance, leader européen des solutions patrimoniales via l’assurance-vie en unités de compte, explique les principales tendances et faits marquants pour l’assurance-vie belge pour cette année 2018 qui touche à sa fin, ainsi que sa perspective pour 2019.  

«On ne peut pas dire que la blockchain est incompatible avec le RGPD», indique la Commission nationale pour la protection des données.

06:00

Traçabilité, décentralisation, transparence… Ces atouts de la blockchain ne deviennent-ils pas des freins à son adoption à l’heure du RGPD? Certains aspects sont tout simplement incompatibles, mais les régulateurs se disent ouverts pour réfléchir à des solutions.

Dans le scénario retenu, c’est à la fois le conducteur et le constructeur qui sont reconnus coupables par les juges du Tribunal d’arrondissement de Luxembourg.

10 Décembre 2018

En collaboration avec l’Uni et le cabinet Schiltz & Schiltz, l’Aca a organisé un procès fictif sur un accident impliquant une voiture autonome. Une première au Luxembourg, qui a permis de clarifier certaines interrogations.