La valeur comme indicateur de performance

Crédit Photo: Arendt

L’impact des technologies sur notre société implique une concurrence économique plus forte et des risques plus grands pour les entreprises. Les exemples de Kodak, Nokia ou Toys’R’Us démontrent que, quelle que soit leur notoriété et leur taille, aucune organisation n’est à l’abri du risque de disruption technologique. Il est par conséquent essentiel de mesurer et d’évaluer la performance de son entreprise.

Les théories du Balance Scorecards, des indicateurs de performance et des objectifs-clés ont généré une pléthore de modèles de mesure de la performance dont l’ancrage à la réalité des entreprises reste parfois discutable. Il existe cependant un indicateur simple et relativement peu utilisé à mettre en place permettant de capturer de façon globale la notion de performance de votre organisation: la valeur.

La performance est par nature mesurée par rapport à un objectif. Pour une entreprise à but commercial, cet objectif est communément défini comme la capacité à générer du profit à long terme, soit la définition même de valeur économique. En effet, c’est par la création de valeur, c’est-à-dire par cette capacité à générer du profit, qu’une organisation est à même de remplir les autres rôles qui sont attendus d’elle, comme la rémunération des actionnaires, la création d’emplois, ou encore l’investissement dans des capacités de production ou dans l’innovation. Rôles qui, in fine, lui permettront de continuer à générer de la valeur. La notion de valeur constitue donc l’élément de cohérence principal dans le cercle vertueux financier de l’entreprise.

Ainsi, une manière simple de mesure la pertinence d’une stratégie peut se résumer ainsi: toute action contribuant à un accroissement de la rentabilité de mon entreprise au-delà de mon coût de capital augmentera la valeur de mon entreprise. Inversement, toute action qui ne remplit pas cette condition constitue une allocation inefficiente de mes ressources, et est donc destructrice de valeur.

Il est donc surprenant que l’évaluation soit si peu utilisée par les entreprises comme indicateur de performance stratégique, voire même opérationnelle. La plupart du temps, elle n’est réalisée qu’aux fins de justifier un prix de transaction. Nous voyons là une opportunité manquée. L’évaluation, lorsqu’elle est faite selon une méthode standardisée et professionnelle, doit permettre de détecter les forces et les faiblesses de l’entreprise et l’impact des actions managériales. L’exercice d’évaluation en tant que tel vous permettra également d’identifier des axes d’amélioration contribuant à la maximisation de la valeur de l’entreprise évaluée.

La mise en place d’évaluations récurrentes lissera les distorsions liées à la conjoncture de marché, et donc, proposera une vue objective de la performance votre entreprise et de votre management.

Nous conseillons donc à nos clients qui cherchent à développer un planning stratégique de commencer par la mise en place de ce système d’évaluations régulières. Une fois le processus rodé, il pourra être affiné, par exemple en créant des canevas de sélection d’investissements qui prennent en compte la création de valeur. Chez Arendt Business Advisory, notre équipe d’experts en évaluation d’entreprise est expérimentée dans l’accompagnement des organisations et des fonctions dirigeantes dans la mise en place et l’exploitation de tels processus.

 

Ramon Hoyos - Engagement Advisor Corporate Finance
Philippe Wery - Chief Executive Officer
Arendt Business Advisory
+352 407878 3500

Plus d’informations

La rédaction a choisi pour vous

15:20

Pour cet essai de la nouvelle Alpine, nous avons confié les clés au chef Thomas Murer. Véritable amoureux des belles mécaniques, le demi-finaliste de l’émission Top Chef, qui vient d’ouvrir un restaurant à Steinfort, nous livre ses impressions de conduite. Le moins que l’on puisse dire, c’est que «la belle bleue» lui a fait de l’effet!

Retrouvez l’intégralité de cet essai en vidéo.

Philippe Meyer, managing partner de KPMG

15:08

Le Big Four a annoncé, mardi matin, une hausse de son chiffre d’affaires de 8% pour son exercice 2017-2018. Le cabinet de conseil entend miser davantage sur les partenariats avec des spécialistes des nouvelles technologies pour accompagner ses clients.

Les femmes sont beaucoup mieux représentées dans l’effectif total des signataires de la charte (52%) que dans les autres entreprises (41% au niveau national).

13:45

57% des entreprises signataires de la charte lancée en 2012 par IMS Luxembourg ont adopté le télétravail cette année, soit 20% de plus qu’en 2016. C’est ce qui ressort notamment du dernier baromètre «Diversité & Entreprise Lëtzebuerg», présenté ce mardi.